Peine de mort : Tubal s’y oppose
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Peine de mort : Tubal s’y oppose :: CAMEROON

Le rappeur chrétien évangélique camerounais sort, ce 10 octobre 2021, un single qui est contre l’exécution d’une personne reconnue coupable d’une faute qualifiée de «crime capital »

Tubal marque une pause à l’évangélisation dans les rues de Douala ce dimanche 10 octobre 2021 pour s’intéresser à une question aussi importante que les saintes écritures. Le rappeur évangéliste camerounais profitera de cette 19e édition de la journée consacrée à la lutte contre la peine de mort dans le monde, pour dévoiler son tout nouveau single en rapport avec l’actualité.

Il travaille sur la question depuis l’année passée avec le soutien de quelques hommes de Droit qui militent pour l’abolition de la peine de mort au Cameroun et partout dans le monde.

Cette année, la journée mondiale contre la peine de mort sera consacrée aux femmes. Un article de worldcoalition.org, qui reprend les données du Cornell Center on the Death Penalty Worldwide, révèle qu’environ 800 femmes sont condamnées à mort dans le monde. La coalition mondiale contre cette sentence écrit qu’en «2020, parmi les 483 personnes exécutées, 16 étaient des femmes, en Égypte, en Iran, à Oman et en Arabie saoudite».

Le titre «Non à la peine de mort» de Tubal qui sera disponible sur les plateformes de téléchargement légal le 10 octobre 2021 à 14h (heure du Cameroun), vient en appui aux nombreuses initiatives visant à abolir la peine de mort dans les quatre coins du monde.

A trois jours de l’évènement, Tubal qui s’est inspiré des saintes écritures pour commettre ce titre, est convaincu que la peine de mort est une violation du droit à la vie. «C’est une arme diabolique, satanique selon moi, qui détruit les hommes», explique-t-il.

Dieu, nous et la peine de mort

Pour le jeune évangéliste camerounais, «quand on condamne quelqu’un à la mort, quand on détruit sa vie, il n’a plus la possibilité de pouvoir se défendre, ou de devenir une meilleure version de lui-même». Il justifie sa pensée avec Jean 3 verset 16, qui dit : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle». La prière du rappeur «est que cette chanson touche les cœurs et que le règne de Dieu descende dans le cœur de tout un chacun afin que les hommes soient à l’image de Dieu dans le nom de Jésus».

Auteur du maxi single «C’est le J.E.S.U.S, les bras en l’air» sorti le 5 février 2016, dans lequel il magnifie la parole de Dieu, Fabrice Frédéric Ngangueu, de son vrai nom, est de la 28e promotion du Centre de formation biblique du Cameroun. Depuis plus d’un an, l’ancien membre du Collectif Mboa Connexion, impulsé par le chanteur chrétien évangélique français Piero Battery, se déploie dans les rues de la ville de Douala au Cameroun pour prêcher la parole de Dieu.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo