Manaouda Malachie veut exorciser le retard
CAMEROUN :: SANTE

CAMEROUN :: Manaouda Malachie veut exorciser le retard :: CAMEROON

Depuis hier mardi, les portes du ministère se ferment dès 08h, au grand dame des retardataires.

Ambiance inhabituelle en cette matinée du 05 octobre   à l’esplanade du ministère de la Santé publique (MINSANTÉ). Alors qu’il est 9h passé, certains personnels dudit ministère effectuent encore leur arrivée au travail. À peine sortis de leurs véhicules, certains cadres se dirigent vers la guérite pour rejoindre leurs bureaux. Malheureusement, une instruction du chef interdit l’accès au bâtiment pour les retardataires. Les plus courageux essayent d’insister, mais les gardiens installés à l’intérieur sont stricts.

Ils disent que « le boss a dit que personne n’entre et ne sort avant 11h30. Il est parti avec les clés », renseigne l’un des personnels du service de sécurité. Tout à coup, les parkings vont remplacer les bureaux pour certains, qui sont adossés à leur véhicule. D’autres, par humiliation, ont préféré ne pas sortir de leurs voitures. Pour en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé, les « retardataires » sont muets. Néanmoins, le responsable de la cellule de communication du ministère de la Santé publique a pu dévoiler les raisons. « Le ministre a constaté que de plus en plus, les gens accusaient des retards injustifiés ainsi que des absences de même nature.

Beaucoup de personnes n’étaient pas présentes en poste et il a souhaité qu’on restaure la discipline », a confié Claver Nken. À en croire la même source, ce constat ne date pas d’aujourd’hui. « Le ministre a demandé que désormais l'on mette l’accent sur la discipline et la ponctualité au travail. Cette décision ira le plus loin possible parce que les citoyens ne peuvent se plaindre chaque jour alors que ce sont les personnels qui sont irresponsables », ajoute-t-il. Cette mesure servira aux personnels du MINSANTÉ à adopter des bonnes habitudes.

Les sanctions quant à elles ne tarderont pas pour les récidivistes. « Le secrétaire général, sur la base des observations, s’est assuré de cela et que d’autres mesures seront prises. Nous allons consulter ce que prévoient les textes en vigueur pour les récidivistes. On va s’en tenir à ce que les textes de la fonction publique prescrivent sur les agents », va-t-il conclure.

Tout laisse donc à croire que cette rigueur que Manaouda Malachie entend instaurer fera long feu, contrairement à ce qu’avait essayé l’ancien chef du gouvernement Inoni Ephraim. Celui-ci nommé au poste de Premier ministre en 2004, effectuait en son temps des visites inopinées dans les départements ministériels pour s’assurer de la fermeture des bâtiments à 8h aux retardataires. Cette mesure avait pris au piège un ministre d’État avant la disparition de la règle.

Lire aussi dans la rubrique SANTE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo