Me LAZARE ATOU EST IL UN HUISSIER DE JUSTICE HORS LA LOI ?
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Me LAZARE ATOU EST IL UN HUISSIER DE JUSTICE HORS LA LOI ? :: CAMEROON

Le 24 janvier 2019, le Chef de L'État PAUL BIYA signe le décret N°201034 qui donne au Port autonome de Douala (PAD) les moyens de son dynamisme et du renforcement de sa compétitivité, en s’arrimant aux standards internationaux du secteur maritime et portuaire. Le décret présidentiel venait donc propulser les capacités du PAD en matière de gestion, de promotion et de marketing du port de Douala-Bonabéri, ainsi que dans les domaines de l’organisation et de la réalisation des travaux d’équipement, d’extension, d’amélioration, de renouvellement, de reconstruction, d’entretien du Port et de ses dépendances. Sans oublier la création et l’aménagement des zones industrielles et portuaires.

Bien sûr, ces atouts conférés au PAD vont avec de nouvelles charges, telles que la coordination des activités industrielles et commerciales relatives à l’exploitation portuaire (entreposage, acconage, transbordement de navire à navire, manutention, gestion des terminaux, transit…). Et on n’oubliera pas l’impératif pour le Port autonome de Douala d’assumer sa responsabilité sociale de contribution au développement des populations riveraines.

Cenpendant, on retiendra surtout, en ce qui concerne les nombreux avantages supplémentaires de ce décret présidentiel, la rétrocession de droit des actifs résiduels de l’ex-Onpc au PAD : l’article 22 du décret stipule à cet effet que « l’État transfère au Port autonome de Douala en propriété́ ou en jouissance, selon le statut juridique de ces biens, les actifs, ainsi que le patrimoine de l’ex-Office National des Ports du Cameroun (Onpc) ».

A ce propos, tous les observateurs sont d’avis que le décret présidentiel vient mettre fin d’une part au litige entre le PAD et le gestionnaire des actifs résiduels de l’Onpc, et d’autre part, au conflit d’autorité entre le PAD et le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (MINDCAF).

Depuis le 24 Janvier 2019, ce décret en ce qui concerne la Rétrocession de droit des actifs résiduels de l'Ex-ONPC (Office National des Ports du Cameroun) n'est jamais entré en application du fait du REFUS CATÉGORIQUE de L'huissier de Justice Me LAZARE ATOU qui bénéficie du soutien de ceux qui sont chargés d'accompagner le PAD dans la mise en application TOTALE de ce décret.

Un HUISSIER DE JUSTICE, qui tient tête et bafoue L'AUTORITÉ du PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF DE L'ÉTAT ??? Dans QUELLE RÉPUBLIQUE SOMMES-NOUS ?? DE QUEL CAMEROUN VOULONS NOUS, POUR NOUS, POUR NOS ENFANTS ET LES GÉNÉRATIONS FUTURES ? Un Cameroun où des individus froissent comme du papier hygiénique les décrets d'un CHEF DE L'ÉTAT ??

Le Ministre du Cadastre et des affaires Foncières va-t-il également laisser prospérer une telle FORFAITURE AU SOMMET DE L'ÉTAT ?

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo