Douala : Un esprit démoniaque tue-t-il les proviseurs du lycée d'Akwa ?
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Douala : Un esprit démoniaque tue-t-il les proviseurs du lycée d'Akwa ? :: CAMEROON

Le lycée d'Akwa à Douala dans la capitale économique du Cameroun, ressemble au poste de Premier ministre en Côte d'Ivoire. En l'espace de quatre ans, ce lycée huppé et prestigieux situé en plein coeur de Douala, enregistre la mort en fonctions, de ses deux derniers proviseurs.

Le cas sous notre main, est celui d'Adélaïde Flore Mengue epse Mvondo. Proviseure du lycée d'Akwa depuis novembre 2017, cette professeure des lycées et collèges d'enseignement secondaire général ( Pleg), est morte dans la nuit du 18 au 19 juin 2021, des suites d'une longue maladie. La proviseure du lycée d'Akwa meurt en pleine période d'examens certificatifs.  Âgée de 50 ans selon nos sources, celle qui avait encore une longue carrière  de 10 ans au sein de la Fonction publique camerounaise, meurt un an après son prédécesseur. En effet, Germain Ekambi Moussolé Ebongué est nommé proviseur du lycée d'Akwa  en 2016, et meurt un an plus tard, des suites d'une maladie que d'aucuns avaient qualifié d'anodine. Adélaïde Flore Mengue epse Mvondo qui le remplace en novembre 2017, vient aussi de mourrir des suites d'une longue maladie.

Selon des sources familiales, la proviseure du lycée d'Akwa qui vient de quitter ce monde de vanité et de poursuite de vent, aurait décliné toute offre médicale moderne. Des confidences rapportent que cette diplômée de  l'École  normale supérieure de Yaoundé, était convaincue que sa maladie avait  des origines occultes, plutôt que rationnelles. Raison pour laquelle nous confie-t-on, elle se serait refusée à toute hospitalisation, privilégiant d'autres  issues par lesquelles elle aura longtemps espéré échappé à la mort. Dommage ! 

Comme pour le poste de Premier ministre en Côte d'Ivoire, la question sur le caractère mortel ou non du  poste de proviseur du lycée d'Akwa à Douala, ne laisse plus indifférent. Un esprit satanique et de mort hante-t-il le bureau du proviseur du lycée d'Akwa depuis 2016 ? Ou alors c'est par pure coïncidence que deux proviseurs arrivés avec une santé de fer dans l'un des lycées les plus convoités et prestigieux du Cameroun, sont-ils morts ? 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo