Mal gouvernance : Le cri de coeur des « Mères de la Nation »
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Mal gouvernance : Le cri de coeur des « Mères de la Nation » :: CAMEROON

Selon le collectif « Stand up for Cameroun », tout le désordre et les dysfonctionnements qui sont observés au sein de la société camerounaise ne sont du fait de la conséquence et les métastases d’une mal gouvernance d’un régime qui n’a que trop duré. 

Il y a un an et plus spécialement le 8 mars 2020, les « Mères de la Nation » réunies au sein de l’association « Stand up For Cameroon » appelaient toutes les forces vives de la nation éprises du changement, à les rejoindre dans leur initiative qui consiste à se vêtir en noir, se mettre debout et d’agir car la situation est bien grave sur le terrain. Les femmes de « Stans up for Cameroon » élevaient la voix contre la violence qui envahit la vie quotidienne au Cameroun, la violence qui grandit chaque jour qui passe. Cette violence qui détruit la sérénité dans nos communautés, transforme négativement la vie de la nation. 

Un an plus tard, la situation sur le terrain ne s’est pas améliorée, bien au contraire elle s’empire. On ne parle plus seulement de Ngarbuh en référence à cette localité du Nord-ouest où il y a eu massacre des femmes et des enfants. Aujourd’hui, d’autres localités ont allongé la liste des atrocités : Kumba, Nguétchewe, Darak, Mautu, Matazem, Ebam, Nwa pour ne citer que ces localités. Un an plus tard, les tueries n’ont pas cessé, la vie n’est pas revenue à la normale. Les populations de l’Extrême-nord, du Sud-ouest, de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et du Nord-ouest vivent dans le spectre d’un conflit violent ou imminent. Au même moment dans les autres régions du Cameroun et en l’occurrence dans les villes de Douala, Yaoundé et Bafoussam, les populations vivent sous la menace des gangs urbains. 

Des femmes en noir

Selon le collectif « Stand up for Cameroun », tout le désordre et les dysfonctionnements qui sont observés au sein de la société camerounaise sont la conséquence et les métastases De la mal gouvernance. C’est pourquoi les « Mères de la Nation » réunies au sein de cette association constituée des partis politiques, les organisations de la société civile et des personnalités indépendantes, demandent à tous les camerounais qui ne partagent pas la même vision que le gouvernement , à se mettre en noir en ce 8 mars 2021, jour de la commémoration de la journée internationale des droits de la femme. Le 8 mars selon elles n’est nullement un jour de fête. C’est un jour où les femmes doivent méditer sur leur condition et prendre conscience sur les situations qu’elles vivent au quotidien, elles et leurs familles. 

C’est pour toutes ces raisons qu’en ce jour du 8 mars, « les Mères de la Nation » demandent à toutes les femmes du Cameroun y compris les hommes, à se vêtir en noir pour exprimer le mécontentement face aux conflits qui continuent d’endeuiller la Nation. Par la même occasion elles appellent à soutenir les personnes déplacées et les réfugiés par le biais d’organisations diverses ; appellent à les rejoindre dans le cadre des manifestions pacifiques. Un service oecuménique sera d’ailleurs organisé d’ici quelques jours en mémoire des victimes de toutes ces crises au Cameroun.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo