Après 20 ans de tribulations, la succession Ekamby Bongonguy rentre dans ses droits à Bonapriso
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Après 20 ans de tribulations, la succession Ekamby Bongonguy rentre dans ses droits à Bonapriso :: CAMEROON

Des individus se sont emparés d’un immeuble à Bonapriso appartenant à la succession Ekamby Bongonguy prétendant l’avoir acheté, sans pourtant pouvoir présenter le moindre papier. Elle a été obligée de détruire cette propriété pour échapper à ces prédateurs domaniaux qui manifestement bénéficiaient des complicités dans les hautes sphères de l’Etat.

L’héritage en question est un terrain qui contient deux duplex jumelés sur 200 m2 et une villa sur 800 m2 issus du jugement d’hérédité N° 686 du 12 Avril 1989 qui fait des Ekamby Bongonguy cohéritiers de dame ETONDE DIBENA. Il est consigné dans le titre foncier N 2721/W. Seulement, à la prise de possession des biens, vers le début de l’année 2000, la succession sera confrontée à l’opposition de Dame Angouand, la locataire de la villa qui va se fondre en déclarations contradictoires. Affirmant tantôt qu’elle est locataire, tantôt qu’elle est propriétaire de la villa. Affirmant l’avoir achetée à la succession de l’homme d’affaire Jean Sylvestre Elouna Messi qui, dans un premier temps avait loué sous bail emphytéotique et dont le contrat est arrivé à son terme.

Alors que le titre foncier n° 2721/W ne fait mention d’aucun morcellement, ni vente. Il n’ya aucune trace de vente aux domaines, et aux cadastres ou chez quelque notaire que ce soit. (Duplicata du 15 Juillet 1998, la justice sera saisie par la succession pour demander l’expulsion de la dame. Aussi le Jugement 105/CIV rendu le 20 Février 2002, par le tribunal de première instance de Douala va ordonner l’expulsion de la succession Elouna Messi ainsi que tout occupant de l’immeuble. Malgré cette décision de justice, rien n’y fit. Bien au contraire, bénéficiant des soutiens hauts placés, Dame Angouand, fille d’un haut gradé de l’armée et son ami, un homme d’affaire bien connu, aujourd’hui en prison, Andela Zogo, vont s’installer dans la villa comme leur propriété, en utilisant le nom Elouna à des fins de manipulation de la justice. Approchés, les enfants Elouna « déclarent n’être au courant de rien ». Leur père ne leur a pas dit qu’il avait une villa à Bonapriso et ils ne sont au courant d’aucune procédure judiciaire entre leur feu père et une certaine Succession ETONDE. Quelqu’un serait en train d’utiliser le nom de leur père. Ils connaissent Mr ZOGO qui avait logé une personne (Dame ANGOUAND Suzie) dans une villa à Bonapriso que son père gérait.

Malgré toutes ces manœuvres, le couple usurpateur sera débouté. Un autre jugement N 564 du 27 novembre 2013 PAR LE TRIBUNAL DE PREMIERE

INSTANCE DE Douala Bonanjo va déclarer l’opposition formulée à la requête de feu Elouna Messi par son conseil irrecevable. Donnant ainsi les pleins droits à la succession Ekamby Bongonguy qui va requérir l’assistance des officiers de la police judiciaire afin de faire exécuter la décision de la justice. Malgré cette décision de justice et en raison des résistances et influences, la succession aura toutes les difficultés à obtenir la mise à exécution par la police judiciaire. Pendant huit ans, elle n’a pu avoir une assistance judiciaire pour l’execution de cette decision.

C’est finalement en fin Février 2021 qu’ils ont procédé à un déguerpissement-destruction sous forte escorte policière. Nom sans regretter « Nous avons été obligés de détruire notre propre maison. Un investissement qui nous avait couté une fortune. Et pourtant la justice avait tranché l’affaire. Mais il ya eu des résistances inexplicables qui nous ont pendant longtemps privés de jouissance de ce qui nous revient de droit »

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo