Nord-Ouest : 29 enseignants menacés de sanction disciplinaire
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Nord-Ouest : 29 enseignants menacés de sanction disciplinaire :: CAMEROON

Absents de leurs postes depuis plusieurs mois, ils sont appelés à les regagner courant ce mois.

Le proviseur du Lycée technique de Kumbo, dans le département de Bui, région du Nord-Ouest, menace 29 enseignants de sanctions disciplinaires à leur encontre. Il leur reproche d’avoir abandonné les salles de classe depuis plusieurs mois. En effet, au babillard dudit lycée, l’on peut clairement voir la liste de ces professeurs de lycées d’enseignement technique (Plet) concernés, affichée avec leurs numéros matricules. Une liste qui confirme d’ailleurs que plusieurs matières ne sont plus dispensées depuis, amenant les apprenants à rester sans enseignements. Il s’agit par exemple du droit, de la mécanique industrielle, du dessin mécanique, de l’électronique, de la technologie d’entreprise, des travaux publics, de la topographie, du marketing, etc. 

Portés-disparus et sans permission aucune du proviseur des céans, ils sont sommés de reprendre le service au début du mois de mars, faute de quoi, ils seront «placés en position d’absence irrégulière». Depuis lors, la situation est d’autant plus inquiétante que les élèves sont obligés de faire recours au système «D [débrouillardise]» pour étudier et préparer leurs examens officiels. D’autres encore assistent aux cours de répétition à domicile ou dans des groupes d’étude. Malgré un communiqué signé en février dernier par le chef de cet établissement scolaire et qui est diffusé à profusion sur les antennes des radios, avec ampliation au délégué départemental du Bui, les intéressés sont restés de marbre. Il faut préciser que la désertion des fonctionnaires et de certains personnels affectés dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, est devenue monnaie-courante. 

Etant donné que ces derniers craignent d’être des victimes du kidnapping comme c'est très souvent le cas. Pour ce qui est de l'insécurité causée par des messages d’avertissement en provenance des séparatistes, certains enseignants disent les prendre au sérieux. Toute chose qui n'encourage malheureusement non plus les fonctionnaires de quelque acabit que ce soit à y travailler. Pour éviter une année scolaire blanche à ces élèves, les responsables dudit lycée parmi lesquels les censeurs et les surveillants généraux sont appelés eux aussi à dispenser quelques heures d’enseignements. 

 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo