CAMEROUN :: LETTRE DE MACRON A BIYA : Cocktail de sous-entendus féroces :: CAMEROON
CAMEROUN :: LETTRE DE MACRON A BIYA : Cocktail de sous-entendus féroces :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • L’Indépendant : Max Mpandjo
  • mardi 26 mai 2020 13:01:00
  • 7786

CAMEROUN :: LETTRE DE MACRON A BIYA : Cocktail de sous-entendus féroces :: CAMEROON

A la faveur de la 48e édition de la fête nationale, Emmanuel Macron a écrit à Paul Biya. Une autre sortie polémique.

Véritable exercice d’équilibriste auquel s’est livré Emmanuel Macron. Saisissant le prétexte des voeux à l’occasion de la fête nationale, il a adressé à son homologue camerounais, une lettre démesurée contraire aux usages en la matière. En pareille circonstance, les lettres de voeux sont généralement des convenances diplomatiques, qui peuvent au plan continental, saluer les liens de fraternité entre deux pays, non sans souhaiter bonheur, prospérité, santé, et autres formules consacrées.

Au plan élargi d’une coopération bilatérale séculaire entre la France et le Cameroun, ces voeux réaffirment les relations historiques, culturelles et d’amitié. Comme si Macron en avait plein sur le coeur, il a sur un ton comminatoire et parfois condescendant, multiplié des allusions diplomatiquement incorrectes. Invoquant le drame de Ngarbuh de manière sibylline, il a semblé indiquer que l’impunité et les attaques envers les populations civiles, contribuaient en l’enlisement du conflit actuel au Nord-ouest et au Sud-ouest : ‘‘Vous savez la préoccupation que m’inspire la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, dont nous nous sommes entretenus à plusieurs reprises.

Des efforts importants ont été menés depuis l’été, mais ils ne pourront porter leurs fruits tant que des actes de violence ayant délibérément ciblé des populations civiles resteront impunis.’’ Même au préfet de Saint Denis, département le plus pauvre de la France, Macron ne pourrait pas s’adresser en ces termes. Prenant une posture volontairement moraliste, Macron écrit de sa plus belle plume : ‘‘(…) Je reste convaincu que seule une réponse politique et inclusive permettra, à travers notamment la mise en oeuvre rapide des conclusions du Grand Dialogue National, de ramener le calme dans ces deux régions et au-delà.’’ Après la sortie malheureuse de l’activiste apatride, Calibri Calibro, au salon de l’agriculture à Paris, Macron avait eu la même attitude fait de dédain.

Paul Biya n’a pas de leçons à recevoir de son homologue français. L’enjeu du Golfe de Guinée, et la volonté des puissances étrangères à se défaire du magistère jugé interminable de Paul Biya, ne devrait pas servir de terreau fertile à la manipulation des esprits. Dans le conflit du Noso, le pouvoir a multiplié des concessions contrairement aux sécessionnistes et leurs soutiens occultes.

S’il est prouvé que la solution militaire vient difficilement à bout des guerres asymétriques, il n’en demeure pas moins vrai que la volonté des puissances étrangères de faire main basse sur les ressources naturelles du Golfe de Guinée, contribue chaque jour à l’enlisement de ce contentieux historique né de la tripe occupation allemande, française et anglaise.

26mai
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo