FRANCE :: J. C. Edjangue : «Des actes audacieux pour sauver la planète» :: FRANCE
FRANCE :: J. C. Edjangue : «Des actes audacieux pour sauver la planète» :: FRANCE
 
FRANCE :: LIVRES
  • Le Messager : Entretien avec ALAIN NJIPOU
  • jeudi 19 mars 2020 17:09:00
  • 8660

FRANCE :: J. C. Edjangue : «Des actes audacieux pour sauver la planète» :: FRANCE

Journaliste, consultant, écrivain, le Camerounais en résidence en France auteur de deux ouvrages portant sur des questions liées à la jeunesse et à l’environnement, revient sur les grandes lignes de fond de sa parturition littéraire et lève un coin de voile sur ses projets éditoriaux.

Deux ouvrages parus chez L'Harmattan. Deux problématiques centrales ancrées dans les questions actuelles et le devenir de l'humanité. Pourquoi en un jet, deux livres?

D'abord merci pour l'intérêt que vous portez à mes publications. Les questions de jeunes ou de jeunesse et de protection de l'environnement me préoccupent depuis une vingtaine d'années, maintenant, comme champs d'étude et d'analyse. Probablement, le fait d'être historien et sociologue de formation, avant de devenir journaliste, y est pour quelque chose. Cette formation m'a conduit à porter un regard particulier sur la manière dont la société compose avec les jeunes générations et la sauvegarde de notre espace quotidien de vie. Quant au fait de sortir deux ouvrages concomitamment, cela vient d'une habitude que j'ai de travailler sur deux ou trois projets à la fois. Dans ce sens, j'ai eu à publier déjà deux ouvrages en 2010. «Cameroun un volcan en sommeil», une enquête sur les événements qui ont marqué le triangle national, en février 2008, et «Les colères de la faim. Pourquoi l'Afrique s'est embrasée en 2008», sur les émeutes de la faim qui ont frappé une bonne partie du continent et du monde entre 2006 et 2008. Egalement en 2014.«La République des sans souci », un roman sur des jeunes qui renversent un pouvoir autocratique, il est paru un mois après la chute du président Blaise Compaoré au Burkina Faso, et «L'éducation à l'environnement en Afrique. Le rôle des médias», qui évoque l'implication des médias dans l'éducation à la citoyenneté environnementale.

La jeunesse est la trame de fond de la structuration de la pensée et idées développées dans Jeunes d'Afrique, jeunes du monde. Les jeunes sont-ils sans avenir aux regards des maux auxquels ils font face dans leur vie au quotidien ?

«Jeunes d'Afrique, jeunes du monde. Les combats de tous les espoirs», est le résultat de plusieurs années d'observations, de rencontres, témoignages de millier de jeunes, principalement en Afrique, Europe, Amérique centrale, complétés par de longues heures de recherche, sur le quotidien des jeunes asiatiques, haïtiens et américains. De l'ensemble des données récoltées, il en ressort quelques constances. D'une part, on sait que les jeunes âgées de moins de 30 ans représentent plus de 50% de la population à l'échelle mondiale. D'autre part, ce groupe social vit souvent en marge du reste de la société, parce qu'il est victime 2 à 3 fois plus du chômage que la moyenne nationale, dans tous les pays et continents ; tout comme il est peu associé dans les processus de prise de décisions qui engagent le développement durable. Enfin, face à ces injustices qui sont, à leurs yeux, entretenues par les pouvoirs publics, notamment, ces nouvelles générations s'organisent pour bousculer les convenances. En Afrique, par exemple, de nombreuses manifestations, prouvent la détermination de cette jeunesse. Comme ce qui s'est passé au Cameroun en février 2008, avec des milliers de manifestants contre le projet de modification de la Constitution et la hausse des prix de denrées de première nécessité ; en Tunisie en 2011, où l'immolation par le feu du jeune Mohamed Bouazizi, à Sidi Bouzig, a déclenché les événement du printemps arabe ; ou encore plus récemment, en 2014, au Burkina Faso, avec l'insurrection des jeunes du Balai citoyen a chassé du pouvoir le président Blaise Compaoré. Tout cela témoigne de ce que, en dépit des maux qui les minent, les jeunes africains croient plus que jamais en un avenir meilleur.

A qui s'adressent vos publications, objets de vos lectures, observations faites sur le monde tel que vous le percevez?

Mes deux dernières publications s'adressent à tout le monde, même si elles parlent des jeunes et de l'urgence climatique. Ce sont deux thématiques dont la finalité vise à favoriser le vivre ensemble entre différentes générations, dans une planète bien bichonnée par tous.

Le changement climatique, la question environnementale, la problématique du développement durable semble une préoccupation mondiale. Vous avez utilisé votre génie pour élaborer sur ce sujet. Est-ce parce que les menaces qui planent sur les humains et leurs modes de vie tardent à être endiguées?

Je ne sais pas si j'ai utilisé un génie quelconque. Ce que je sais, c'est que les problématiques liées à l'urgence climatique et au développement durable sont intimement liées. Il ne saurait y avoir de développement durable, qui est une conception de la croissance économique s'inscrivant dans une perspective de long terme et intégrant les contraintes liées à l'environnement et au fonctionnement de la société, sans tenir compte de l'urgence climatique. C'est ce qui explique la dimension universelle de ces questions qui sont fondamentales pour la survie de l'humanité. C'est pourquoi, l'adolescente suédoise Greta Thunberg, hurle sa colère aux yeux des grands de ce monde, en réclamant des actes concrets et audacieux pour sauver notre planète

Journaliste, écrivain, consultant... Où est ce que Jean Célestin Edjangue trouve-t- il du temps pour se consacrer à l'écriture ?

J'ai la chance de n'avoir besoin que de 4 à 5 heures de sommeil par nuit. Je dors donc peu, mais je dors bien. Et puis, je m'astreins à la discipline de l'écriture. J'essaie, dès lors que je suis sur un projet, d'y consacrer le temps nécessaire. Par ailleurs, j'ai la réputation, usurpée ou pas, d'être plutôt organisé. J'ai en horreur le désordre et l'improvisation, surtout non nécessaires. En revanche, devant une caméra, un micro ou un public, je sais faire appel à l'improvisation et à la libre inspiration. Enfin, je suis persuadé que mon bon ange me guide dans l'élaboration de mes écris.

Que fait votre éditeur pour que vos productions littéraires soient disponibles en temps réel en Afrique et au Cameroun ?

Depuis mes premières publications, en mai 2010, jusqu'aux plus récentes, en janvier 2020, en passant par les ouvrages que j'ai co-dirigés, avec Isabelle Da Piedade et Oumar Sivory Doumbia, 2017, ou celui auquel j'ai contribué sous la direction du Pr Kengne Foudouop, en 2015, j'ai toujours travaillé avec le même éditeur, l'Harmattan. C'est une maison d'édition qui est présente dans nombre de pays d'Afrique francophone, dont le Cameroun, et qui vient d'ouvrir une librairie à Bamako, lors de la rentrée littéraire, en février 2020. Pour avoir mes ouvrages, en Afrique, il suffit de se rapprocher de l'antenne l'Harmattan du pays.

Un mot sur vos projets éditoriaux...

Ils sont nombreux. Deux portent sur «Jeunesse d'ici et d'ailleurs. Transculturelle et digitale. Refus d'assignation à résidence », un ouvrage collectif réunissant plus d'une dizaine de contributeurs et dont j'assure la co-direction avec Isabelle Da Piedade ; « Jeunes d'Afrique, jeunes des Caraïbes. L'avenir entre rêves, aspirations et doutes», une autre contribution collective dont je suis le directeur. Deux autres projets sont en chantier. Mais je préfère ne rien en dire pour le moment.

19mars
Lire aussi dans la rubrique LIVRES
Vidéo