Quand Yaoundé est dans le noir…Le Cameroun étouffe. :: CAMEROON
Quand Yaoundé est dans le noir…Le Cameroun étouffe. :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Ben BATANA
  • vendredi 16 août 2019 13:00:00
  • 2210

Quand Yaoundé est dans le noir…Le Cameroun étouffe. :: CAMEROON

Cela dure depuis des semaines. Les ménages sont dans le désarroi. L’activité économique au ralenti. Malgré les instructions du chef de l’Etat, la situation perdure. Une menace d’implosion plane.

Yaoundé, le siège des institutions et certaines autres localités du département du Mfoundi, dans la Région du Centre, sont depuis le 07 août 2019, sans électricité. Et puis, cette ménagère habitante de la cité ne croit pas bien le dire « Tous mes poissons sont pourris par la tête à cause du manque d’électricité » Nous sommes à Yaoundé, la tête du Cameroun. On note le ralentissement de l’activité économique. Les spécialistes en la matière affirment que 20% de l’activité économique de la ville tourne au ralenti. Des pertes sèches qui ont des incidences chez les populations. En cette veille de rentrée scolaire, ce manque d’énergie reste une préoccupation pour les commerçants : nous n’avons pas les moyens d’assurer la rentrée de nos enfants.

A l’origine de cette situation, un incendie survenu au poste source électrique Brgm au quartier Melen. La menace de chaos a atteint le plus haut sommet de l’Etat. Yaoundé dans le noir… « Paul Biya veut éviter le chaos » est le titre qui barre le une du quotidien Le Messager. De fait, le chef de l’Etat a instruit le ministre de l’eau et de l’énergie à résorber cette situation dans les plus brefs délais. En dépit de cette instruction, la situation perdure, le service public de l’eau et l’énergie reste au régime sec, les yaoundéens trinquent. Et comme le souligne le quotidien Mutations il s’agit plutôt de « sévices public ».

Du coup, les langues se délient, les coupables désignés. Pour le quotidien L’Epervier, il s’agit d’un stratagème de déstabilisation « Eneo utilise pour déstabiliser Paul Biya » Pour le journal, l’entreprise Nationale de distribution d’énergie électrique (ENEO) a déclaré que « la capitale politique du Cameroun connaitra des perturbations pendant six mois. Pourtant, il ne s’agissait que d’une affaire de quelques jours. Comment ne pas y voir la volonté de révolter le peuple contre Paul Biya ? » Bien plus, la presse demande la démission collective de tous les responsable du circuit d’approvisionnement en énergie au Cameroun.

Heureusement poursuit le journal « le chef de l’Etat vient de désamorcer le grand soulèvement populaire qui était annoncé » Comment ? Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux privés parle « des mesures urgentes ». Acquisition de nouveaux équipements pour le poste électrique ; alimentation en priorité des lieux sensibles comme les hôpitaux et les sites de distribution d’eau ; mise sur pied d’un programme ponctuel de rationnement de l’énergie électrique dans la ville. Ce sont des mesures, parmi d’autres, qui ont été communiquées au cours d’un point de presse conjoint donné mercredi à Yaoundé par les ministres de la Communication et de l’Eau et de l’Energie.

16août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo