PAUVRETÉ AU CAMEROUN : Le septentrion fait la course en tête :: CAMEROON
PAUVRETÉ AU CAMEROUN : Le septentrion fait la course en tête :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Repères : Hermann III EWANE
  • mardi 06 août 2019 00:59:00
  • 3297

PAUVRETÉ AU CAMEROUN : Le septentrion fait la course en tête :: CAMEROON

C’est ce qu’établissent les Enquêtes camerounaises auprès des ménages (Ecam) rendues publiques par l’Institut national de la statistique (INS).

Attaques répétées de la secte terroriste Boko Haram dans la Région de l’Extrême-Nord, phénomène du grand banditisme associé aux multiples et permanents kidnappings dans les Régions du Nord et l’Adamaoua et baisse des échanges entre lesdites Régions et le Nigeria ont nettement fragilisé l’économie. Car les échanges avec ce pays voisin représentaient jusqu’ici près de 60% du commerce. Il est donc logique que les enquêtes de l’INS arrivent à la conclusion selon laquelle « les Régions septentrionales se classent comme les plus pauvres du Cameroun ». Car dans la Région de l’Extrême-Nord, près de 74,3 personnes sont pauvres. Un chiffre qui s’est nettement accru, passant de 56,3 en 2001 à 65,9 en 2007.

Le Nord arrive en seconde position avec 67,9 de pauvres, tandis que dans l’Adamaoua 47,1 d’habitants vivent dans une situation très précaire. « Comme en 2007, neuf pauvres sur dix (90%) proviennent du milieu rural. L’Extrême-Nord fournit 35,8% de l’ensemble des pauvres, 20,1% proviennent du Nord et 13,2% du Nord-Ouest. Sur les 37,5 points d’incidence de pauvreté enregistrée, ces trois Régions y contribuent à concurrence de 25,9points, soit 69,1%. En outre, les régions de l’Extrême-Nord et du Nord sont celles dont l’effectif des pauvres augmente de manière régulière depuis 2001 », peut-on lire.

La Région du Nord-Ouest fait les frais de la crise anglophone. Les enquêtes d’ECAM parlent d’un peu plus de 55.3 % d’habitants qui vivent sur le seuil de la pauvreté. Le Sud-Ouest a régressé selon ce rapport. Le portail des camerounais de Belgique. Une variation de -9,3 par rapport aux dernières statistiques. Et passe donc désormais à 18,2. Le rapport de l’Institut national de la statistique révèle également que la région de l’Ouest où il n’existait pas assez de démunis fait face désormais à un taux élevé de pauvreté, soit 28 % de personnes. Une montée due, selon les enquêtes auprès des ménages, à un poids démographique qui prend de l’ampleur dans cette partie du Cameroun.

Si au Centre et au Littoral les inquiétudes sont moyennes, l’INS constate néanmoins qu’une partie de la Région abritant le siège des institutions et une de l’Est affichent un taux inquiétant d’évolution de la pauvreté. Cela est dû en partie à un faible taux d’emploi estimé entre 50 à 60%. Selon Investir au Cameroun, « suivant la déclaration des chefs des ménages pauvres, la situation financière de leur ménage est précaire puisqu’un peu plus de la moitié estime que la situation financière de leur ménage leur permet d’arriver juste à l’équilibre (égalité entre les dépenses et les revenus) et la quasi-totalité des ménages pauvres pense avoir un revenu soit très instable ou à peu près stable. Selon eux, les trois principales causes de la pauvreté sont par ordre d’importance décroissante : le manque d’emploi, la paresse et la corruption ou la mauvaise gestion ».

06août
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo