AFRIQUE :: GPAL 2018: Un livre en Kikongo parmi les Nominés :: AFRICA
AFRIQUE :: GPAL 2018: Un livre en Kikongo parmi les Nominés :: AFRICA
 
AFRIQUE :: SOCIETE
  • Correspondance : Palabre Intellectuelle
  • jeudi 28 mars 2019 08:00:00
  • 2478

AFRIQUE :: GPAL 2018: Un livre en Kikongo parmi les Nominés :: AFRICA

On a découvert dans la presse camerounaise ce 27 mars la liste des finalistes de l’édition 2018 des Grands Prix des Associations Littéraires. Ils sont neuf auteurs de diverses nationalités à briguer le sacre ultime. Trois dans la catégorie Recherche et les six autres dans la catégorie Belles-Lettres. La grande première dans cette liste c’est la présence d’un livre écrit dans une langue africaine, en l’occurrence le kikongo, une langue parlée en République Démocratique du Congo, mais aussi en Angola et au Gabon. On se souvient que lors du lancement de l’édition de 2015, l’Equipe des GPAL annonçait que le prix serait désormais ouvert également aux livres écrits dans les langues africaines. La présence de ce livre en kikongo du Congolais Protais Yumbi dans la courte liste est la preuve que non seulement les ouvrages en langues africaines sont réceptionnés aux GPAL, mais aussi qu’ils sont bel et bien pris en compte, au même titre que les livres écrits en anglais, français ou espagnol. Ce qui est une très bonne nouvelle pour les auteurs qui ont choisi d’écrire dans nos langues nationales.

On remarquera non sans une certaine once de satisfaction la présence du dramaturge et conteur camerounais Kouam Tawa, sélectionné dans la catégorie Belles-Lettres pour son recueil de poésie intitulé « Je verbe ». Il aura entre autres concurrents deux auteurs africains tout aussi notoires, dont le Kényan Peter Kimani, très louangé par la critique pour son « Dance of the Jakaranda », ou encore l’Algérien Yasmina Khadra, que l’on ne présente plus, en lice avec « KHALIL ».

Rappelons que la liste des présélectionnés comptait 129 ouvrages présentés (ou parrainés) par 109 associations de 39 pays issus des quatre coins du monde. La Ctp, entendez « commission de tri préliminaire », reposait sur une collaboration entre les lecteurs de l’Equipe des GPAL et des associations lauréates de la précédente édition, notamment l’association « El Calidoscopio » du Mexique, et l’AECI (Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire). C’est au bout de trois mois de lecture et d’échanges que les neuf livres finalistes ont été sélectionnés et transmis au grand Jury, qui est en charge de dégager un lauréat dans chacune des deux catégories (Recherche et Belles-Lettres).

Le Jury est présidé par l’écrivain camerounais Patrice Kayo (Grand Prix des mécènes 2015). Les lauréats seront dévoilés le 23 avril prochain à l’occasion de la cérémonie de remise des prix du GPAL 2018. Ce sera à l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé. D’ici-là, Macaire Etty est encore le lauréat en titre dans la catégorie Belles-Lettres, Ebénézer Billè et Georges Moukouti dans la catégorie Recherche.

Voici la liste complète des Nominés du GPAL 2018

Catégorie Recherche

1- "Nelson Rolihlahla Mandela: Mbandu ya luzingu", de Protais Yumbi (RDC), présenté par l’Association les Amis du Livre (Congo Brazzaville)

2-"Yemen in Crisis", d’Helen Lackner (UK), présenté par Middle East Studies Association (US)

3- "Africa in transition: A New Way of Looking at Progress in the Region", de Ejeviome Eloho Otobo (Nigéria), présenté par Iqra Books Nigeria

Catégorie Belles-Lettres

1- "Los versos lunares", d’Edmundo Vélez Alcívar (Equateur), présenté par Colectivo Cultural Initiava Poética (Veracruz – Mexique)

2- « Je verbe », de Kouam Tawa (Cameroun), présenté par La Compagnie Feugham (Asso-prize 2014)

3-"Ms Ice Sandwich", de Mieko Kawakami (Japon), présenté par Japanese Language House (Boston University)

4- « KHALIL », de Yasmina Khadra, présenté par l’Association culturelle la Grande Maison de Tlemcen (Algérie)

5- "Dance of the Jakaranda", de Peter Kimani (Kenya), présenté par Kenya Oral Literature Association

6- « Quand la montagne explosera », d’Eddy Broussillon (France - Guadeloupe), présenté par l’Institut Monnerville

28mars
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo