CAMEROUN :: Affaire Mrc : Le récit de l’arrestation de Michèle Ndoki :: CAMEROON
CAMEROUN :: Affaire Mrc : Le récit de l’arrestation de Michèle Ndoki :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Florentin Ndatewouo
  • lundi 11 mars 2019 12:48:00
  • 3733

CAMEROUN :: Affaire Mrc : Le récit de l’arrestation de Michèle Ndoki :: CAMEROON

Jusqu’ici, l’opinion publique n’a eu droit qu’à une publication non signée, en circulation sur les réseaux sociaux. Au cours d’un point de presse tenu dans la soirée du 08 mars dernier à Yaoundé, le deuxième vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Emmanuel Simh est revenu sur les circonstances de l’arrestation de la vice-présidente du Mrc, chargée de l’organisation des femmes, Michèle Ndoki, par les éléments des forces du maintien de l’ordre. « Me Ndoki ne s’enfuyait pas du tout. Ce n’est qu’au poste frontière à Idenau (une ville située dans le département du Fako, région du Sud-Ouest, Ndlr), qui est un poste de frontière officiel, parce qu’il y a toute une administration douanière à cet endroit, qu’elle a été interpellée. Ceci, sur la base d’un document qu’on a appelé un message porté, dans lequel son nom figurait, et qui stipulait que des activistes politiques, (voilà comment on appelle les leaders dont les noms y figuraient, Ndlr), parmi lesquels Me Ndoki, étaient interdits de sortir du territoire camerounais ».

L’avocate dit n’avoir pas été notifiée du document l’interdisant de sortir du triangle national. « Maintenant que je suis au courant que je suis interdite de sortir du territoire, il n y a pas de problème. Je rentre chez moi à la maison et puis, je vais dormir. Est-ce que je peux au moins circuler à l’intérieur du Cameroun, on lui a dit ‘oui’ », rapporte Emmanuel Simh. La conversation à peine terminée, Michèle Ndoki voit débarquer 08 personnes. « Des gros bras entièrement cagoulés, lourdement armés, qui lui demandent de prendre une voiture dans laquelle elle devait venir à Yaoundé. Ils l’ont menottée, et quand son mari a voulu savoir pourquoi on l’arrêtait, on lui a dit : ‘Ah ! Donc, vous la connaissez …’ Ils ont pris son mari également. On l’a menotté et ces gens (Me Ndoki et son époux, Ndlr) ont voyagé de Idenau à Limbé, avec des cagoules », apprend-on.

D’après Emmanuel Simh, sa consoeur se rendait de manière officielle, dans la ville d’Owerri, au Sud-Est du Nigeria. « Me Ndoki vit à Limbé. Du Sud-Ouest pour aller à l’Est du Nigeria, on passe par voie maritime, parce que si vous voulez aller à Owerri, étant à Limbé, vous devez prendre un avion à Douala ou à Yaoundé, descendre à Lagos, et faire encore un jour de voyage pour arriver à Owerri. Or, par la mer, en une heure ou deux, vous y êtes déjà », explique-t-il.

Chiffres

« Outrage au président de la République », « destruction » sont, entre autres, les faits qui sont reprochés à Me Michèle Ndoki. Le point de presse du 08 mars dernier a également révélé des chiffres. Selon le document intitulé « Rapport d’étape de la défense » présenté aux hommes de médias, 203 personnes ont été arrêtées. Parmi ces dernières, 152 inculpées les 12 et 13 février derniers par le juge d’instruction militaire de Yaoundé, dont 130 sous mandat de détention provisoire et 22 laissées libres. 37 personnes sont poursuivies en flagrant délit au Tribunal de première instance (Tpi) de Yaoundé-Centre administratif.

En outre, « 104 demandes de mise en liberté ont été déposées par les avocats membres du collectif, à partir 19 février 2019, auprès du juge d’instruction militaire. L'info claire et nette. La suite est toujours attendue, sans qu’on ne sache si elles ont été rejetées ou accordées », renseigne ledit document. 03 demandes de mise en liberté formulées devant la chambre correctionnelle du Tpi ont été rejetées le 04 mars dernier. A cela, s’ajoutent les 146 demandes de libération immédiate en « Habeas corpus » toujours au Tpi. Par ailleurs, le collectif d’avocats en charge de la défense de Maurice Kamto et ses alliés, dit avoir déposé une plainte le 20 février dernier, contre les policiers auteurs des blessures dont des militants du Mrc ont été victimes lors des « marches blanches » organisées le 26 janvier dernier, dans certaines villes du Cameroun et à l’étranger.

11mars
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo