CAMEROUN :: Manifestations 26 janvier : 147 militants du Mrc en garde à vue administrative :: CAMEROON
CAMEROUN :: Manifestations 26 janvier : 147 militants du Mrc en garde à vue administrative :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Le Jour : Prince Nguimbous
  • lundi 04 février 2019 09:40:00
  • 1460

CAMEROUN :: Manifestations 26 janvier : 147 militants du Mrc en garde à vue administrative :: CAMEROON

13 autres personnes ont été écrouées à la prison centrale de Yaoundé depuis jeudi soir.

13 militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), parmi les 200 interpellés dans le cadre des manifestations du 26 janvier 2019 ont comparu le 1er février devant le tribunal de première instance de Yaoundé, Centre administratif. Ils ont été inculpés de trouble à l’ordre public, de rébellion et d’attroupement illégal. Ces gens placés en garde à vue depuis le 26 janvier dernier au Commissariat central N°1 de la ville de Yaoundé, ont été placés sous mandat de détention provisoire jeudi soir à la prison centrale de Kondengui.

Le lendemain de leur mise en détention provisoire, ils sont venus au tribunal de première instance de Yaoundé, Centre administratif comparaitre dans le cadre du procès en flagrant délit qui les oppose au ministère public. L’affaire a été renvoyée au 15 février prochain pour ouverture des débats. Tous les 13 militants du Mrc plaident non coupables. La première audience des prévenus s’est déroulée en présence d’un collectif d’avocats parmi lesquels se trouvaient Me Christopher Ndong Mve et Me Emmanuel Simh.

174 personnes encore détenues au Groupement spécial d’opération (Gso), au Groupement mobile d’intervention N°2 (Gmi) au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed) ont été placés en garde à vue administrative. A en croire les cadres du Mrc, cette mesure de mise en garde à vue a été prise par le préfet du Mfoundi. Maurice Kamto, Alain Fogue, Christian Penda Ekoka, Célestin Djamen, l’artiste Valséro ou encore Paul Eric Kingue sont parmi, les personnes placées en garde à vue administrative. L'info claire et nette. Les manifestants interpellés à Douala, Dschang et Bafoussam sont également concernés par cette mesure prise par le préfet du Mfoundi depuis le 30 janvier dernier.

Si la majorité des personnes en garde à vue se trouve dans un bon état de santé, ce n’est pas le cas avec Célestin Djamen, blessé par balle le 26 janvier dernier à Douala. « Il se plaint toujours des douleurs apparemment toutes les balles n’ont pas encore été extraites sur sa blessure. Nous déplorons aussi le fait que les personnes détenues au Sed sont privées de visites. Il y a également Christian Penda Ekoka qui est malade, malgré son état de santé sa famille n’arrive pas à lui rendre visite », affirme Me Simh.

L’avocat dit être très surpris de voir que le préfet du Mfoundi, dont la compétence se limite dans son département signe une garde à vue administrative concernant également les autres personnes interpellées à Douala, Dschang et Bafoussam. Pour Me Emmanuel Simh, cette mesure du préfet du Mfoundi est « illégale ».

En rappel, la garde à vue administrative est une mesure de détention préventive au niveau de l’unité de police ou de gendarmerie chargée de l’enquête préliminaire. Le délai de garde à vue est de 15 jours renouvelable une fois. Les personnes interpellées prenaient part à la manifestation pacifique organisée par le Mrc pour dénoncer le ce qu’ils considèrent comme un « Hold-up » électoral. Cette manifestation a été réprimée par le gouvernement qui dénonce une tentative de déstabilisation des institutions républicaines

04févr.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo