Camer.be
CAMEROUN :: Un principal et des élèves enlevés dans le Nord-ouest :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Le Messager : MS
  • jeudi 06 septembre 2018 02:06:00
  • 2894

CAMEROUN :: Un principal et des élèves enlevés dans le Nord-ouest :: CAMEROON

Malgré l'assurance sécuritaire promise par l'administration, bien qu'il n'existe pas de risque zéro, la milice séparatiste a fait parler la poudre.

Alors que Mme le ministre de l'éducation de base et le secrétaire général au ministère des enseignements secondaires présidaient au lancement de la rentrée scolaire à Bamenda, respectivement à l'école des champions et le lycée bilingue de Mendankwe, les armes crépitaient dans l'arrondissement de Bafut. En effet, des hommes armés ont enlevé en matinée d'hier lundi 3 septembre, jour de la rentrée scolaire, le Principal de la presbytérian school of science and technology (Psst) et sept de ses élèves. camer.be. Ils ont conduit leurs victimes dans une destination inconnue. En mi-journée, a-t-on appris, les élèves ont été libérés mais le principal, Sieur Derrick Ndue, reste maintenu en captivité.

Parallèlement à quelques encablures de ce collège, la milice séparatiste a attaqué la brigade de gendarmerie. La riposte ne s'est pas fait attendre. Les pandores ont répliqué dans un échange de coups de feu qui a duré pratiquement 8h d'horloge. Au moment où nous mettions sous presse hier, le bilan de cet affrontement n'était pas encore connu. Le principal de Psst était toujours maintenu en captivité. On se souvient que le mois dernier ces Amba boys avaient incendié le commissariat de sécurité publique de Bafut. En s'attaquant à la brigade de gendarmerie, ils voudraient prendre définitivement le contrôle de cette ville voisine de l'arrondissement de Bamenda II. Depuis la calcination du commissariat, les gendarmes étaient en alerte, conscients de ce que cette milice devait attaquer un de ces jours la brigade.

D'où la réplique d'hier. A Bambili hier, des coups de feu ont été entendus vers le commissariat de sécurité publique de cette ville universitaire. A Bali, aucune école, ni collège ou lycée n'a ouvert ses portes. L'information claire et nette. Même le personnel administratif a répondu aux abonnés absents. Depuis une semaine, cette localité s'est vidée de sa population à cause de la résurgence des affrontements et autres atrocités ici.

Toujours est-il que la journée d'hier lundi a été caractérisée par les villes mortes. Déjà dimanche dernier 2 septembre, George Bobova, directeur de l'école publique de Mbeukong Bamunka par Ndop a été assassiné par des hommes armés. C'est à sa résidence que celui qui présidait à la tête de la sous-section Rdpc de Dukue a été tué. Néanmoins, Mme le Minedub en remettant du matériel didactique aux directeurs des écoles de Bamenda et ses environs, les a encouragées à donner le meilleur d'eux-mêmes, malgré les défis sécuritaires, afin que la jeunesse du Nord-ouest ne rate pas le train de l'éducation qui vient d'être lancé.

06sept.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo