Guinness Cameroun "confisque" l'argent des artistes depuis 15 ans
CAMEROUN :: MUSIQUE

Guinness Cameroun "confisque" l'argent des artistes depuis 15 ans :: CAMEROON

Qui l’eût crû? Qu’une société dite  citoyenne affame d'autres citoyens, de surcroit  les consommateurs de ses propres produits dont la savoureuse bière Guinness !

En effet, voici 15 ans que la société brassicole Guinness Cameroun SA ne paie pas les redevances de droit d’auteur aux artistes, soit plus de trois milliards de FCFA, mais en revanche se dit disposée à leur verser la somme de  deux cents millions de FCFA ; des broutilles que les artistes sont loin d’accepter et le font savoir depuis quelque temps  avec force et détermination, à travers des messages relayés dans les réseaux sociaux.

Ce qui n’a  pas manqué d’irriter Andrew Ross, ci-devant directeur général de ladite société, qui dans une sortie oiseuse intitulée »Déclaration sur les revendications des organismes de gestion collective, OGC, a plutôt mis de l’huile au feu au moment où les deux parties essaient d’accorder leurs violons.  Ainsi, sous le fallacieux prétexte « d’œuvrer pour l’émancipation des artistes depuis plus de 50 ans, le directeur général de cette société brassicole estime qu’il s’agit d’une « machination visant à ternir l’image de sa société » et se bombe le torse en menaçant d’ester en justice. C’est comme si le voleur menaçait de porter plainte contre sa victime.

Plus loin, ladite déclaration dénonce le fait que « la plupart des montants réclamés jusqu’à présent par les OGC ne soient pas basés sur la réalité ; mais plutôt  sur des estimations très vagues ».

Ne pouvant resté insensible face une à une telle menterie publique et indigne d’une société prétendument citoyenne, mais qui se nourrit de l’exploitation artistique depuis un demi-siècle, Sam Mbende, Superviseur général-adjoint des recouvrements des redevances du droit d’auteur et porteur des Créances des OGC, n’est pas allé du dos de la cuillère pour battre en brèche les incohérences du directeur général de Guinness Cameroun SA.

Dans sa note d’information rendue publique le 1er novembre 2021, il étale à profusion les textes législatifs et règlementaires qui constituent la base légale du paiement  du droit d’auteur. Ce sont, entre autres :

Décision n°004/063/MINCULT/CAB du 05 août 2004 fixant le montant de la redevance  annuelle due au titre du droit d’auteur et des droits voisins par les exploitants des véhicules publicitaires ;

Décision n°066/076/MINCULT/CAB du 05 août 2004 fixant le montant de la redevance du au titre du droit d’auteur et des droits voisins pour les spectacles et autres manifestations occasionnelles ;

Décision n°003/MINCULT/CAB du 10 septembre 2005 portant modalités de détermination, de perception et de recouvrement de la redevance due au titre du droit d’auteur et des droits voisins par les entreprises membres du Gicam ;

Décision N°0001/MINCULT/CAB du janvier 2006 portant modalités de détermination, de perception et de recouvrement de la redevance due au titre du droit d’auteur et des droits voisins ;

Décision N°0053/MINAC du 12 juin 2020 fixant les modalités de détermination et de perception des redevances perçues  au titre du droit d’auteur ou des droits voisins pour la période 2018-2021 et de recouvrement des arriérés  antérieurs à 2018 par les organismes de gestion collective.

Plus grave encore Guinness Cameroun ment en mondovision « n’avoir jamais eu des véhicules publicitaires, qui sont un autre mode d’exploitation », indique Sam Mbende.

Il ne suffit pas seulement de reconnaitre sa dette, mais surtout de faire profil bas en évitant de jouer aux « colons commerciaux » qui alcoolisent  davantage  l’Afrique qu’ils ne contribuent à son développement.

Si Guinness is good for you, money is also good for the artists. Payez les artistes!

Lire aussi dans la rubrique MUSIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo