Ils faisaient du « serrer-serrer » dans les taxis
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Ils faisaient du « serrer-serrer » dans les taxis :: CAMEROON

Emmanuel Abena, Marcel Won, Medjo et Cécile Wong sont mis en détention provisoire au Kossovo depuis le 4 mars 2020. Interpellés le 18 février 2020 au quartier Omnisport à Yaoundé par le groupement spécial d’opération. Ils sont accusés d’agression et de vol en taxi dans la ville. Il est question du « serrer-serrer ». Détenteur d’un taxi, Emmanuel Abena et ses coéquipiers arpentent les rues de la vie pour s’emparer des effets personnels et prendre de l’argent à des individus. Ayant déjà fait plusieurs victimes, ledit taxi faisait l’objet de recherche par les éléments de la police.

Le 18 février 2020, la bande des quatre est appréhendée au lieu-dit Mobile Omnisports exerçant leur activité principal. Dans le procès-verbal présenté au tribunal, les quatre individus vont reconnaitre les faits et donner des détails sur leur mode opératoire. Emmanuel Abena aurait passé un coup de file à ses complices de le rejoindre à 6 h du matin pour vaquer à leur occupation journalière. Dans cette bande, on retrouve deux femmes. Leur présence permet de mettre la victime en confiance. Celle-ci ne se doute qui ne se de rien en empruntant un taxi avec des femmes à bord. Auditionnés pour la première fois le 15 juin dernier, ces individus vont plaider non-coupables.

Ils sont appelés à présenter leur défense. Tout au long de l’audience, les quatre présumés voleurs vont se désolidariser. Ils donneront des versions des faits différentes les unes aux autres. Emmanuel Abena faisait juste son travail de conducteur de taxi, Cécile Nkodo quant à elle revenait d’une veillée mortuaire. Pour Wong, il se rendait à Nanga Eboko et Medjo revenait de sa vente de savon. Leurs versions de faits ne concordent pas à celles recueillies lors de l’enquête préliminaire. Au regard des faits relatés et des éléments reçus, le tribunal requiert que le gang des quatre individus soit déclaré coupables et puisse bénéficier de la peine qu’ils méritent. L’affaire a été mise en délibéré au 20 juillet 2021.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo