QUI FERA LE BILAN?
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: QUI FERA LE BILAN? :: CAMEROON

Voici la photo d'une chambre d'un des principaux hôpitaux du Cameroun. Les lits sont vides. La photo a été prise il y a quelques jours. J'ai parcouru le pallier et je me suis rendu compte que c'était quasi identique dans chacune des chambres entrouvertes.

Incrédule, j'ai voulu vérifier de ce qu'il en était aux deux étages inférieurs, même observation: à peine un ou deux malades dans chacune des chambres de six lits.

Je me suis souvenu que deux semaines plus tôt, dans un hôpital d'envergure similaire dans le même pays, la réalité désertique était tout aussi frappante, dans des hôpitaux où d'habitude l'affluence est telle qu'il manque de places pour l'admission des patients. Force est de constater que depuis le Covid, la donne a bel et bien changé. Mais qu'est ce qui explique cette situation pour le moins curieuse?

Au moins deux raisons. La première, c'est que les gens fuient désormais les hôpitaux, par crainte d'attraper le désormais célèbre virus. Conséquences, on préfère rester à la maison ou trouver des solutions patallèles, pourvu qu'on ne prenne pas de risque en fréquentant les hôpitaux. Normal, la propagande médiatique chargée de distiller la psychose marche à merveille.

Bravo les artistes! Deuxième raison, l'essentiel des maladies aujourd'hui se sont mutées en Covid, par miracle ou par concertation, Mais aussi par la force des tests à la pertinence douteuse et par l'approximation des expertises de médecins à gage. Meurt-on encore seulement de sida, de paludisme, de tuberculose, de grippe classique, de vieillesse ou d'avc? Le roi Covid les a toutes détrônées!

Et la nébuleuse financière mafieuse autour des volumes des cas positifs et des corps annoncés Covid laisse imaginer les raisons de maintenir cette maladie à la plus haute marche du podium des causes de décès.

Des deux raisons les plus plausibles telles qu'évoquées, les conséquences ne peuvent qu'être dramatiques. Qui fera le bilan des décès dus à la démobilisation des ressources humaines, matérielles et financières qui ont cédé aux sirènes de l'urgence Covid qui, selon les chiffres officiels, auraient causé le décès d'environ 500 morts en 12 mois (assimilations abusives comprises) sur une population de 25 millions d'habitants, soit 0,0024% en valeur relative? Qui comptera les morts dus aux auto médications du fait de la désertion des hôpitaux?

Qui dénombrera les morts dus à des diagnostics privilégiant l'option Covid et ne permettant pas d'identifier à temps le véritable mal et de le traiter convenablement? Qui fera le point des victimes économiques du Covid avec les fermetures de Pme, les pertes d'emplois et le reste des conséquences désastreuses?

Qui fera enfin le bilan des solutions préventives expérimentales que sont les fameux vaccins dont les fabricants reconnaissent que les doses actuellement administrées à des millions de personnes dans le monde se font dans le cadre des phases de tests qui ne prendront fin pour certains vaccins qu'en 2023, et que ni les fabricants ni les gouvernements ne sont ni garants ni responsables en cas de complications ou de décès?

Qui fera le véritable et inévitable rapprochement entre le nombre de toutes ces victimes collatérales non médiatisées de la gestion obsessionnelle et mimétique du Covid et le nombre réel de personnes malades qui en auront été sauvées?

Qui aura le courage et surtout l'honnêteté intellectuelle de publier la vérité sur la finalité calamiteuse de ce qu'on nous a imposé comme un état d'urgence, si la supercherie du ramdam médiatique autour de cette PLANdémie venait à être avérée? La réflexion mérite d'être menée. Les enquêtes aussi. Paul ELLA African Revival africanrevival2020@gmail.com 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo