Suspension de Sano: les responsables de l'entreprise s'expliquent
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Suspension de Sano: les responsables de l'entreprise s'expliquent :: CAMEROON


Face à la presse ce week-end, les dirigeants de l'entreprise ont présenté aux hommes et femmes de média leur version de ce qu'on appelle désormais'' l'affaire de la vidéo de Sano'.

Depuis plusieurs jours une vidéo devenue virale présente des employés de l'entreprise de production et de distribution d'eau Sano' en train de procéder à un embouteillage manuel du précieux liquide. Une image qui a choqué l'opinion publique et les consommateurs de cette eau en premier. Cette situation a poussé le ministre des Mines de l'industrie et du développement technologique à prendre la décision de suspendre l'entreprise Sano pour six mois pour ''« non-respect des normes d’exploitation et de conditionnement des bouteilles et de bonbonnes d’eau destinées à la consommation du public, en application des dispositions des articles 95, 213, et suivants de la loi n°2016/017 du 14 décembre 2016 portant Code minier »,

Depuis le 4 mars 2021 donc,tous les appareils de production de Sano sont à l’arrêt. Les responsables affirment que la reprise de la production devrait être effective dans six mois. À condition de remplir certaines conditions. Notamment la présentation d’un rapport de décontamination totale du site, réalisé par une structure agréée par le ministère en charge de la Santé publique, la présentation d’un plan de gestion des déchets approuvé par l’administration en charge de l’environnement, la mise en place d’une ligne de conditionnement automatisée pour toutes les gammes, la présentation des résultats satisfaisants des analyses physico chimiques et microbiologique complètes réalisées par un laboratoire agréé par le ministère en charge des Mines ou de la Santé publique. La liste n’est pas exhaustive.

Au sein de Sano depuis lors, l’heure est au questionnement. La surprise est manifeste. Le top management soutient que l’entreprise est totalement en conformité avec des exigences camerounaises. Pour le justifier, deux résultats d’analyse sortent des tiroirs. Le premier remonte au 7 janvier 2021. Cette analyse a été faite par le Centre des analyses, des essais et de la métrologie industrielle, section des analyses de substances fluides/laboratoire des analyses bactériologiques du Minmidt.

Le rapport de cette analyse ressort une totale absence de germes potentiels pathogènes. Germes sur les indicateurs de contamination zéro. Sur le nombre de coliformes thermo tolérants dans 100 ml, rien à signaler, zéro spores de bactéries anaérobies. Conclusion générale. « Acompte normal, aucun argument bactériologique en faveur d’une eau infectée », soutient le chef de centre.

Le 13 janvier 2021, une autre analyse du même acteur est faite sur les eaux de Sano. Le chef de centre est constant dans ses observations. « Eau de minéralisation faible, douce et claire, caractère organoleptiques normaux. Aucun paramètre physicochimique susceptible de nuire à la santé. »

Sano présente dans la foulée une ligne de conditionnement automatique, désormais à l’arrêt, tout comme les engins roulants de la maison. « Nous avons vu la vidéo. Nous la reconnaissons. Mais cette chaine de production n’est pas celle destinée à la production de l’eau mise sur le marché. C’est un point de nettoyage pour le recyclage », argumente Marie Bernadette Moyo, en charge de la communication, qui était face à la presse le 6 mars 2021. Pour elle, il s’agit d’une « indélicatesse », qui ne devrait pas porter atteinte à cette entreprise qui a  nécessité 800 millions de FCFA pour son démarrage.

Fondée en 2009, Sano est une entreprise chinoise dans la production et la distribution des produits alimentaires tels que l’eau minérale, les boissons gazeuses, les boissons thérapeutiques  et les nectars de fruit. Initialement installée en Guinée Équatoriale en 2009, cette entreprise est arrivée au Cameroun en 2012. Elle revendique 400 employés. Son premier site d’implantation de 20 mille mètre carrés à Ndokoti étant devenu exiguë, le 28 avril 2020, le Minmidt lui a servi un « arrêté portant autorisation d’implantation et d’exploitation complémentaire d’un établissement de première classe, établie au profit de votre unité de production et de commercialisation de l’eau minérale, des jus de fruits, et des boissons hygiéniques, située à Ndokoti, arrondissement de Douala 3e . »

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo