UN RÉGIME TOTALITAIRE AU CRÉPUSCULE DE SON EXISTENCE !
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: UN RÉGIME TOTALITAIRE AU CRÉPUSCULE DE SON EXISTENCE ! :: CAMEROON

Cher compatriote,

Notre pays se trouve à la croisée des chemins, ce régime totalitaire fruit du néocolonialisme français est au crépuscule de son existence. Séquestrations, déportations, enlèvements, arrestations arbitraires, tricheries, mensonges, tortures, extorsions d’aveux, violences sur avocats, exacerbation du tribalisme, pour ne citer que ses quelques faits d’armes qui prouvent que ce régime plus qu’hier se trouve dos au mur et est aux abois. Les arrestations et les renvois des citoyen devant le tribunal militaire sont devenus monnaie courante. Jamais depuis les revendications d’indépendance dans les années cinquante et soixante, la France n’a aussi eu peur de perdre le Cameroun !

Par expérience tirée des faits historiques, tout régime dictatorial, totalitaire, autoritaire finit toujours par tomber quelque soit le temps que cela met. Depuis le pseudo indépendance proclamée par la France en 1960, cette dernière n’a pas changée son model répressif, elle continue de tirer profit d’un régime totalitaire qu’elle impose de façon brutale aux peuple camerounais. C’est une grossière erreur de croire que nous devons simplement indexer les marionnettes qu’elle nous a imposé sous le prétexte qu’ils ont acceptés de livrer le pays ! C’est mal connaitre la capacité de nuisance d’une puissance impérialiste comme la France, n’oublions pas qu’elle bénéficie du soutien de tous ces pays occidentaux qui se sont partagés les zones d’influences dans le monde. On trouvera toujours des individus qui pour des raisons égoïstes seront prêt à sacrifier leur peuple et en cela, la France est maitre pour dénicher ce genre de lugubres personnages. Nous devons à présent comprendre et intégrer que la fin de ce régime barbare s’accompagne avec des stratégies dans lesquelles nous devons intégrer que la France est un coriace ennemi du peuple camerounais et combattre ce régime en sachant que nous combattons la France coloniale. Le Vietnam a réussie, l’Algérie proche de nous aussi, il faut donc travailler sur la capacité de notre peuple à comprendre les enjeux et à s’engager, c’est pour cette raison que nous devons former politiquement les citoyens.
Ce qui se joue actuellement dans notre pays est capital pour l’avenir de toute l’Afrique francophone et cela déterminera le devenir de la France, en ce sens que perdre le Cameroun signifie pour elle perdre toute l’Afrique francophone et perdre son titre de superpuissance. Cela implique la fin du pacte colonial. Ce régime de ce fait ne trouvera à grand jamais une résolution pacifique à la crise dans le NOSO, la France n’en a pas besoin elle n’en veut pas ! Tout au contraire, aussi cynique que cela parait, la guerre dans le NOSO sert ses intérêts, elle croit que la guerre exilera le maximum de nos compatriotes de ces zones vers les zones francophones et le temps aidant ils se « franciseront » facilement et ainsi cette partie sera petit à petit « francisé » ainsi que les populations qui ayant vécu plusieurs années dans les zones francophones ne seront plus à même de revendiquer leur identité anglophone.

Ce régime doit donc vite comprendre que cela ne réussira pas, la France doit changer de stratégie, car nos compatriotes de ces zones résisteront et nous n’avons pas besoin de cette instabilité dans notre pays, nous devons donc trouver des solutions camerouno-camerounaise. Nous ne sommes plus facilement manipulables et nous sommes loin d’être ces marionnettes qu’elle impose au pouvoir partout en Afrique pour pérenniser l’exploitation de nos ressources. Nous devons organiser la résistance, pour cela nous avons au MOUSODENA des points importants que nous envisageons entreprendre s’il nous était donné de jouer un rôle politique au sommet de l’Etat:

- Nous supprimerons le français comme langue officielle et le remplacerons auprès de l’anglais par une langue locale qui sortira d’une recommandation d’une commission nationale mise sur pied à cet effet.

- Le pacte colonial sera totalement remis en question et il va sans dire que nous sortirons de la zone Franc CFA pour créer une monnaie nationale indépendante, orientée vers des objectifs que nous définirons à partir d’une vision économique nationale orientée vers l’industrialisation.

- Nous proposerons un seul et unique système éducatif, scolaire et judiciaire pour tout le Cameroun. Nous ne voulons plus de deux systèmes pour un même pays, ce qui est évident c’est que le système francophone n’aura plus de sens et ne sera pratiqué nulle part sur l’ensemble du territoire national.
Cher compatriote une fois de plus, c’est illusoire de croire que le régime Biya peut résoudre le conflit dans le NOSO. La France n’en veut pas et souvenons nous, du génocide ruandais en 1994, elle avait laissée faire juste parce qu’il fallait éviter que le Ruanda tombe entre les mains du FPI du président Kagamé qui avait une culture anglo-saxonne. Elle y voyait la perte de l’hégémonie française dans les grands lacs et elle savait que la suppression du français comme langue officielle au Ruanda était un projet du Président Kagamé, c’est ce qui est arrivé et je crois le Ruanda est qualifié aujourd’hui comme un pays vraiment émergent dans le monde.
Nous proposons de ce fait d’engager toute négociation pour la résolution de la crise anglophone après avoir mis fin à ce régime. Nous nous fixons des objectifs réalistes au MOUSODENA :

- Tout entreprendre pour la libération de tous les prisonniers politiques

- Participer et amener ce régime à accepter l’élaboration ‘un système électoral crédible et consensuel.

- S’engager pour permettre un cessez-le-feu dans le NOSO, ce qui permettra que les populations participent activement aux élections présidentielles.

Cher compatriote, la seule chose que nous avons à faire actuellement c’est de remplir ces points pour permettre rapidement des élections présidentielles qui de notre avis sont d’une importance capitale qui nous permettra d’engager toutes les réformes nécessaires. Vu l’état de déliquescence avancée de notre pays.
Nous sommes un même peuple, nous formons une nation, nous ne pouvons nous permettre de continuer à nous diviser, à cultiver le repli identitaire et à développer la haine tribale juste pour permettre à la France et aux irresponsables corrompus de ce régime de continuer leur macabre plan. Un nouveau Cameroun est possible, nous y croyons, nous sommes prêts et volontaires, nous ne voulons plus que nos jeunes frères, sœurs et fils meurent dans le désert libyen et les eaux occidentales juste parce qu’ils fuient la misère fabriquée par cette France au Cameroun et partout en Afrique francophone. Certes, il est plus difficile de reconstruire que de détruire, mais un peuple déterminé de sortir de l’esclavage détient les capacités hors normes fruit de sa foi et de sa persévérance. Pardonnons-nous nos virées tribales et agissons pour un autre Cameroun.

Que la paix de Dieu soit sur vous !
Vive le Cameroun ! Vive l’Afrique !

Guy Alain Tchamde
Président national du Mouvement pour la Justice Sociale, le Développement et la Protection de la Nature, MOUSODENA

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo