MALI :: IBK veut négocier avec les djihadistes :: MALI
MALI :: IBK veut négocier avec les djihadistes :: MALI
 
MALI :: POLITIQUE
  • Cameroon Tribune : Jeanine FANKAM
  • mercredi 12 février 2020 14:30:00
  • 1193

MALI :: IBK veut négocier avec les djihadistes :: MALI

Le président du Mali a confirmé cette option lundi dernier au cours d’une interview accordée à la presse à la faveur de la tenue du 33e Sommet des chefs d’Etat à Addis Abeba.

En marge du 33e Sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine qui s’est achevé lundi dernier à Addis Abeba, le président du Mali Ibrahim Boubacar Keita a confirmé pour la première fois, dans une interview accordée aux confrères des médias basés en France, l’ouverture d’un dialogue avec deux chefs Djiadhistes : Iyad Ag-Ghaly et Amadou Koufa.

« Parler avec les djihadistes et lutter contre le terrorisme n'est pas antinomique. J'ai le devoir et la mission aujourd'hui de créer tous les espaces possibles et de tout faire pour que, par un biais ou un autre, on puisse parvenir à quelque apaisement possible », a déclaré Ibrahim Boubacar Keita (IBK) en insistant sur le fait qu’ « il est temps que certaines voies soient explorées ». IBK affirme s’engager dans cette négociation en homme averti. S’il estime que cette option est nécessaire, le chef d’Etat sait aussi qu’il n’a pas à faire à des enfants de choeur. Par rapport à ces interlocuteurs, il dit : « Nous ne sommes pas des grands candides, mais nous ne sommes pas des gens obtus non plus », souligne-t-il.

Ibrahim Boubacar Keita rappelle qu’il connaît bien Iyad Ag Ghali avec qui, dans une ancienne vie, il a travaillé au palais présidentiel malien, à l’époque où les deux étaient conseillers du président Alpha Omar Konaré. « J’avais gardé le souvenir d’un homme courtois, avenant... », se souvient IBK. Ce dernier a tenu à ce qu’on sache que l’idée de dialoguer avec Amadou Koufa et Iyad Ag Ghali n’a pas surgi de nulle part. « Nous avons au Mali tenté la gageure d’un dialogue national inclusif et, parmi nos recommandations, il y a cet as- pect-là. Pourquoi ne pas essayer le contact avec ceux-là, dont nous savons qu’ils tirent les ficelles de la situation au Mali ? ».

12févr.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo