10 personnalités qui ont marqué l’Afrique en 2019 :: AFRICA
10 personnalités qui ont marqué l’Afrique en 2019 :: AFRICA
 
AFRIQUE :: SOCIETE
  • agenceecofin : Servan Ahougnon
  • lundi 13 janvier 2020 17:09:00
  • 1742

10 personnalités qui ont marqué l’Afrique en 2019 :: AFRICA

Contrairement à 2018 qui a été une année de grands changements, 2019 a été une année un peu moins mouvementée sur le plan de l’actualité. Malgré tout, quelques soubresauts, changements économiques et politiques, voulus ou subis, ont animé l’actualité de ces 12 mois. Comme à son accoutumée, la rédaction de l’Agence Ecofin vous présente les 10 personnalités ayant marqué l’année écoulée. Et cette année, nous avons un invité non-africain…

Abiy Ahmed, le pacificateur venu d’Ethiopie
Décidément, les Africains ont la côte auprès du comité Nobel ces dernières années. Après Denis Mukwege, co-lauréat en 2018, c’est Abiy Ahmed, le premier ministre éthiopien qui a reçu le Prix Nobel de la paix en 2019. Récompensé pour ses efforts de paix au plan international, débutés en 2018 par une paix historique avec l’ancien ennemi érythréen, les réformes, de celui qui était déjà présent dans notre classement de 2018, ont également permis de rendre son pays moins dangereux pour la presse. S’il achoppe toujours sur la rugueuse question des violences communautaires qui divisent l’Ethiopie, le premier ministre aura au moins réussi à rendre le pays moins dangereux pour la presse et à mettre en place un plan réformateur qu’il annonce comme « une passerelle vers la prospérité ». Malgré le spectre d’élections législatives sous hautes tensions, Abiy Ahmed continue de faire office de point de rassemblement, quand bien-même quelques incidents ont mis à mal son gouvernement. Seul africain présent parmi les 50 personnalités politiques les plus influentes de la décennie, selon le Financial Times, et premier de ce top 10 des personnalités ayant marqué l’année écoulée, on peut dire que 2019 n’a pas été une trop mauvaise année pour notre réformateur éthiopien.

Joseph Kabila, parti de bon cœur, contre toute attente
Sa place dans ce top 10 aurait pu revenir à Félix Tshisekedi, élu président de la très onirique RDC, faisant place à l’alternance politique. En effet, plus que l’élection du fils de l’historique opposant Etienne Tshisekedi, c’est la surprenante décision de Joseph Kabila de respecter le choix des urnes qui a le plus surpris, aussi bien dans la région des Grands Lacs que dans le reste du monde. Déjà présent dans notre top 10, en 2018, celui qui s’était accroché au pouvoir alors que son mandat s’achevait en 2016 s’est progressivement effacé de la vie politique au point de ne pas réagir lorsque son propre parti l’égratigne en évoquant sa mauvaise gestion du pays. Pendant ce temps, le président sortant a réussi à nouer une alliance avec son successeur. De quoi donner le tournis à tous les observateurs et de réveiller quelques adeptes de la théorie du complot selon lesquels un accord secret existait entre les deux hommes bien avant les élections.

Abdelaziz Bouteflika, parti un peu moins volontairement
Malgré sa santé fragile, il semblait inébranlable. Pourtant, celui qui avait déclaré être « l’Algérie toute entière » avait passé 20 ans à la tête de son pays. Déposé par Ahmed Gaïd Salah, qu’il avait lui-même nommé. De cet homme qui constitue un morceau d’histoire de son pays, du Maghreb et du continent africain, il ne restera qu’un communiqué laconique. Son départ sera va raviver la flamme de la réforme chez les révolutionnaires qui seront douchés dans leurs ambitions par une autre personnalité de cette liste.

Sadio Mané, le sportif africain de l’année
Dans un style un peu moins flashy que Mohammed Salah, son coéquipier égyptien de Liverpool, Sadio Mané a certainement été le sportif africain de 2019…Désolé, Eliud Kipchoge. Jamais footballeur africain n’a semblé aussi proche de remporter le Ballon d’Or France Football, depuis la victoire de Georges Weah. Par contre, le Sénégalais remportera le Ballon d’Or africain, l’occasion de faire étalage, une fois encore, de cette simplicité qui, si elle le dessert pour remporter des distinctions internationales, en fait un des sportifs les plus sympathiques du monde. Et puis, vu comme il commence 2020, Sadio Mané pourrait bien être présent dans ce top 10 l’année prochaine, pour récupérer en 2020 ce que lui devait 2019.

Alaa Salah, la dame en blanc
Au Soudan, lundi 8 avril 2019, une femme de 22 ans, de blanc vêtue, va, de sa voix suspendre le temps. Pourtant on est loin d’être à l’opéra. L’intéressée a pour scène des manifestants anti-gouvernementaux et se contente pour estrade du toit d’une voiture. Mais, lorsqu’elle finira de chanter « la balle ne tue pas, ce qui tue c’est le silence de l’homme », des paroles de « Thwara » qui deviendra une des hymnes de la révolution soudanaise, Alaa Salah ne sera plus regardée de la même façon. Celle qui se réclame héritière des « kandaka », souveraines nubiennes ayant régné avant l’ère chrétienne, ne sera plus jamais une simple étudiante de 23 ans. Après que l’enregistrement de sa performance soit devenu viral, Alla Salah est devenue pour les Soudanais « Notre dame de la paix ». Assez pour chasser l’ex-président Omar El-Béchir du pouvoir… et de ce top 10.

Burna Boy, le géant de la musique africaine
A-t-on réellement besoin de jouer à citer les multiples distinctions, records et marques de reconnaissances récoltées par le Nigérian. Considéré par la chaîne américaine CNN comme la plus grande star actuelle de la musique africaine, l’héritier de Fela Kuti, oui on peut oser le dire, a fait danser le continent au rythme de sa musique carrefour entre plusieurs sonorités. Mais, comme toutes les grandes stars de la musique, il a aussi marqué l’année par quelques polémiques. Rien d’assez controversé pour perturbée la folle dynamique du géant africain.

Ahmed GaïdSalah, l’oxymore algérien
L’Hirak, le mouvement révolutionnaire algérien lui doit beaucoup. En effet, c’est le Chef d’Etat-major des armées algériennes qui avait prononcé la destitution de l’inamovible Abdelaziz Bouteflika. Il avait aussi arrêté le frère de l’ex-président et le très fortuné Issad Redrab. Dans la foulée, ce gardien du temple avait refusé les réformes structurelles des révolutionnaires destinées à changer un système politique tout entier contrôlé par l’armée. Et alors que tout semblait aller en sa faveur, le général Ahmed Gaïd Salah a rendu l’âme dans les derniers jours de 2019, le 23 décembre.

Khalifa Haftar, le nouveau Kadhafi ?
Soutenu officiellement par l’Egypte et les Emirats Arabes Unis, le Maréchal Haftar, homme fort de l’Est libyen marche sur Tripoli pour défaire « des groupes terroristes qui se sont emparés de la capitale et reçoivent le soutien de certains pays et gouvernements qui leur livrent des équipements militaires ». Les « terroristes » en question sont en fait le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU…

Emmanuel Macron, l’invité
Alors qu’il a déjà fort à faire dans son pays, le président français aurait surement préféré ne pas être trop impliqué dans l’actualité africaine. Et pourtant, entre les différentes critiques subies par la France sur la question du franc CFA, la lutte contre le terrorisme, l’envie de faire de la diaspora une passerelle avec le continent et la montée d’un sentiment antifrançais dans certains pays du continent, Emmanuel Macron et la France, qu’on veuille ou non, ont été autant présents dans l’actualité africaine que d’habitude.

Alassane Ouattara et la fin du franc CFA
C’est par le président ivoirien qu’a été annoncée la fin du franc CFA, qui sera remplacé en Afrique de l’Ouest par l’ECO, et la suppression de la réserve des Etats africains sur un compte du Trésor français. Mais au vu de l’actualité électorale mouvementée de la Côte d’Ivoire en 2019, le président ivoirien aurait d’une manière ou d’une autre fini dans cette liste. Si tout va bien, on ne l’y retrouvera pas l’année prochaine...

13janv.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo