Madagascar/Présidentielle 2018 : Les malgaches sont-ils achetés par les candidats ?
Madagascar/Présidentielle 2018 : Les malgaches sont-ils achetés par les candidats ?
 
MADAGASCAR :: POLITIQUE
  • Camer.be : Guy Nfondop
  • lundi 15 octobre 2018 09:38:00
  • 2309

Madagascar/Présidentielle 2018 : Les malgaches sont-ils achetés par les candidats ?

Le mois dernier, Hery Rajaonarimampianina – candidat à l’élection du 07 novembre prochain- a offert 1 000 motos aux mairies de la région métropolitaine d’Analamanga, en les invitant à soutenir sa candidature. Lors des dernières élections, Hery Rajaonarimampianina avait déjà dépensé 43 millions de dollars pour la campagne, deux fois plus que les dépenses de Donald Trump et Hillary Clinton pour la maison Blanche. Le code électoral ne limitant pas les dépenses de campagne des candidats à la présidentielle, ces derniers mobilisent toujours plus de ressources pour se garantir les suffrages des malgaches.

En remettant des motocyclettes aux municipalités d’Analamanga, Hery Rajaonarimampianina a affirmé que les maires sont des « soldats fidèles », et que ses ennemis, qui ne soutiennent pas le parti HVM, ne bénéficieront pas de cette donation. Un don de matériels roulant qui a suscité de nombreuses interrogations sur l’origine des fonds investis, et la manipulation des consciences en période de campagne. Où les candidats trouvent-ils leurs financements hors normes ? Le peuple malgache vend-il ses suffrages à des lobbys qui le soumettent ensuite à une servitude volontaire ? Des questions que se posent, également, la communauté internationale, choquée par les fonds de campagne des candidats.

En effet, une étude financé par l’Union européenne et conduite par le chercheur Manuel Wally montre que l’ancien président, Hery Rajaonarimampianina aurait dépensé 43 millions de dollars pour sa campagne victorieuse de 2013. Celui-ci avait obtenu un peu plus de 02 millions de voix, soit 21,50 dollars dépensés pour chaque voix obtenue. Très loin des 1,4 dollars, par électeur, dépensés par François Hollande contre Nicolas sarkozy en 2012. Largement passée inaperçue à sa sortie en 2016, l’étude fait parler d'elle dans l’un des pays les plus pauvres du monde.

L’urgence d’une limitation des fonds de campagne

En conclusion de ses travaux, Manuel Wally, l’auteur de l’étude plaide pour une limitation des dépenses de campagne à Madagascar. Ce « plafonnement doit chercher la transparence maximale du financement

et l’égalité approximative des chances » des candidats, conclut-il, même si « la plupart des dépenses de campagne sont recyclées, voire redistribuées dans l’économie ». En attendant, les candidats ont toujours le droit d’investir ce qu’ils souhaitent pour leurs élections. Le code électoral n’imposant pas de plafond pour les dépenses électorales. De nombreuses personnalités regrettent, d’ailleurs, une telle surenchère autour des élections. Norbert Lala Ratsirahonana, conseiller politique des 03 derniers présidents soutient que «l’élection se remporte à coup d’argent » à Madagascar. Une situation qu’il regrette.

Cependant, pour le scrutin présidentiel du 07 novembre prochain, l’on se demande si l’argent pourrait encore garantir les suffrages. Selon un sondage du journal Sofidiko, Hery Rajaonarimampianina perd le soutien du peuple malgache, à quelques semaines de l’élection. Lequel sondage conclut qu’un autre candidat, Andrey Rajaolina, sera élu des le premier tour.

15oct.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo