Camer.be
Cameroun, Santé, Vih: 620 jeunes dépistés positifs en un mois en 2017 :: CAMEROON
CAMEROUN :: SANTE
  • Quotidien Mutations : Par Adrienne Engono Moussang Avec Renaud Inang
  • dimanche 05 août 2018 15:00:44
  • 6249

Cameroun, Santé, Vih: 620 jeunes dépistés positifs en un mois en 2017 :: CAMEROON

Les filles toujours vulnérables, selon «Vacances sans sida» dont la 16e édition a démarré mercredi, affichent des comportements déviants. La tendance de la féminisation du Vih et Sida au Cameroun a du mal à être inversée. Du bilan de la 15e campagne «Vacances sans sida», campagne de sensibilisation des jeunes par les jeunes, qui se déroule depuis 2003, en un mois en 2017, 620 jeunes ont été dépistés séropositifs sur 42931 testés. 

Parmi ceux-ci, 332 filles contre 288 garçons. Une situation que les promoteurs des droits des femmes lient souvent à la pauvreté qui affecte les femmes et par ricochet les jeunes filles qu’il faut autonomiser. Ce témoignage d’une jeune fille de 18 ans à la Cameroon Radio Television le confirme à souhait. «J’ai passé un test de dépistage qui s’est avéré positif il y a deux ans. J’avais deux partenaires : mon camarade du lycée et un homme âgé de 50 ans qui me donnait beaucoup d’argent », a-t-elle confié sous voile, ce qui ne laisse transparaître sur son corps aucune trace de la maladie. Puisque depuis lors elle suit normalement son traitement. Mais, malgré les appels à plus de responsabilité, les comportements à risque de certains inquiètent.

Il y a douze mois, 2,6% de jeunes et femmes, âgées de 15 à 35 ans, ont été dépistées positives au Vih dans la région du Littoral. Ces statistiques étaient alors rendues publiques au terme d’un déploiement des pères-éducateurs, des conseillers psychosociaux et du personnel médical, dans le cadre de la campagne annuelle «Vacances sans Sida»,
lancée à Douala le 8 août 2017. Les organisateurs entendaient ainsi dépister gratuitement les habitants de la capitale économique et leur distribuer des préservatifs masculins et féminins.

Une activité qui intervenait, comme presque tous les ans, en période estivale, où les risques de contamination de cette maladie sont récurrents. D’autant plus que plusieurs jeunes, adoptent des comportements sexuels peu recommandables et parfois non-protégés à la suite des virées nocturnes et autres rencontres festives. Mais, les risques d’infection au Vih sont également le résultat de nombreuses déviances observées chez les jeunes filles, reconnues jusqu’ ici comme étant les plus infectées. En plus d’entretenir des rapports sexuels d’une manière précoce, certaines s’y aventurent avec plusieurs partenaires, parfois sans aucune précaution. Même si la tendance avait été l’inverse en 2016 avec 23 286 jeunes garçons sur 36 359 jeunes testés positifs sur le plan national.

En attendant les statistiques de l’édition 2018 de la campagne: «Vacances sans Sida», dans la région du Littoral, l’adoption par les jeunes d’un comportement sexuel responsable, à défaut de l’abstinence, pourrait sans doute contribuer au recul d’une maladie qualifiée de pandémie du siècle.

05août
Lire aussi dans la rubrique SANTE
Vidéo