TERRORISME : 38 attentats-suicide en 12 mois
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: TERRORISME : 38 attentats-suicide en 12 mois :: CAMEROON

La dernière attaque kamikaze qui s’est produit à Jakana a fait 11 victimes.

La petite localité de Jakana, située non loin de Limani, a été frappée de plein fouet par un attentat-suicide dans la nuit du 30 juin 2016. C’est le 38eme enregistré à ce jour sur le territoire camerounais depuis la déclaration de guerre contre la secte Boko Haram en 2014 et après le premier attentat-suicide perpétré à Fotokol, le 12 juillet 2015 qui avait fait 12 victimes.

En somme, 22 localités ont déjà été touchées par ce type d’attaques terroristes. Il s’agit de Fotokol, Seradje, Kangueleri, Bornorie, Maroua, Mora, Kolofata, Kerawa, Dabanga, Waza, Kouyapé, Gansé, Mozogo, Nguetchewé, Tolkomari, Bodo, Achigachia, Bargaram, Mémé, Biabline, Homaka et Jakana. Seulement, la localité qui enregistre le plus grand nombre d’attentats-suicides à ce jour est Kolofata dans le Mayo-Sava, touchée à six reprises.

Elle est suivie de Nguetchewé dans le Mayo-Tsanaga, ciblée 4 fois. Sur le plan humain, c’est la localité frontalière de Kerawa, ciblée à trois reprises, qui a payé le plus lourd tribut enregistré au cours d’un seul attentat-suicide. Une cinquantaine de personnes avaient en effet trouvé la mort au cours de l’attentat- suicide du 03 septembre 2015.

A Jakana, le kamikaze a ciblé un lieu fréquenté par les membres des comités de vigilance. Le bilan définitif est lourd : 12 morts. Hormis le kamikaze, un jeune homme d’une vingtaine d’années environ, les autres victimes étaient toutes des membres des comités de vigilance. Que s’est-il passé ce soir ?

Selon plusieurs sources, les membres des comités de vigilance étaient attablés dans un hangar faisant office de petite salle de cinéma quand le kamikaze a pénétré et fait exploser sa charge. «Tous les soirs, ils faisaient sortir le téléviseur pour regarder des films. Ce jour, le comité de vigilance a multiplié les patrouilles parce qu’il avait reçu l’information selon laquelle un kamikaze s’était infiltré dans le village, en vain», relate un riverain.

Aux alentours de 21 h, Daouda Adamou alias Lampard qui dirige la petite salle de cinéma où l’on écoule aussi, parfois, une drogue locale, repère un homme se dirigeant vers le hangar. «Il lui a demandé qui il était. Pour toute réponse, le kamikaze a sauté sur lui et s’est fait exploser», explique Mohamed, un riverain.

D ’autres sources pointent du doigt le relâchement observé ces derniers jours dans la mobilisation des comités de vigilance. Le moins que l’on puisse dire, est qu’il est observé en ce moment une baisse notable de l’activité des comités de vigilance, car beaucoup pensent que le danger s’est éloigné. Il y a à cela deux explications majeures. La première tient de la diminution sensible du nombre d’attaques, et la seconde, du discours ambiant qui veut que la guerre soit en passe d’être terminée.

Or, selon plusieurs observateurs, le conflit entre seulement dans une nouvelle phase, celle de la pérennisation du terrorisme qui découle elle-même de la stabilisation sur le terrain militaire. Il y a donc urgence à remobiliser ce pan important du dispositif sécuritaire.

«Boko Haram n’a aucune échéance politique. Il a tout son temps pour se consacrer à la terreur. La seule réponse à lui apposer est la mobilisation permanente des énergies Camer.be», affirme un haut gradé de l’armée à Maroua.

VICTIMES DE L’ATTENTATSUICIDE DE JAKANA

  1. Daouda Adamou
  2. Bra Boukar
  3. Abba Tar
  4. Jean Brigui Brigui
  5. Abel Adamou
  6. Shigaba Modou
  7. Arkabi
  8. Boukar Abdallah
  9. Alhadji Bala
  10. Abba Ousha
  11. Konto

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo