Le Parcours Vita tombe en désuétude
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Le Parcours Vita tombe en désuétude :: CAMEROON

Six ans après sa rénovation, l’entretien de cet espace prisé pour ses installations sportives est un véritable casse-tête chinois.

Tous les week-ends (et très souvent les jours ordinaires), le scénario est presque le même dans la capitale politique du Cameroun. Ce samedi 26 mai 2018, il est 5h du matin. Le muezzin du complexe islamique de Tsinga annonce la première prière de la journée. Au même moment, des hommes et des femmes en tenue de sport garent leurs véhicules aux alentours de l’entrée principale du palais des congrès de Yaoundé. Après quelques étirements, les adeptes du sport de maintien se mettent à courir ou à marcher en groupes ou en solo. Comme s’ils voulaient se donner du « punch » face à l’épreuve sportive à affronter. Du lieu-dit Rond-point Bastos, ces derniers longent le grand boulevard qui mène au palais de l’Unité, avant d’atteindre leur destination : le Parcours Vita.

Situé sur les hauteurs du Mont Febe, l’une des sept collines qui entourent la capitale politique du Cameroun, le Parcours Vita est un lieu de diversement et de sport. On y retrouve un espace de détente pour les enfants où ils peuvent s’amuser sous la surveillance attentive des parents. « Nous exigeons que les enfants soient accompagnés par les adultes pour éviter des désagréments », explique Stéphanie Zanga, directrice des lieux. Diverses activités sportives peuvent être pratiquées sur place : la course à pieds, le tennis, le football, la gymnastique, etc. Après les exercices physiques, il est difficile de ne pas s’arrêter au pavillon commercial du Parcours. C’est le lieu de vente des fruits et autres rafraichissants.

« C’est nécessaire pour la récupération après un bon sport », souligne Simon Onguene, un usager. Des marchands de matériel de sport (tennis, t-shirt…) et autres produits de mise en forme ont aussi installé leurs comptoirs. A la différence des jours ouvrables et de la période des vacances, le Parcours Vita est plus couru pendant le week-end. En 2016, le taux de fréquentation était au-dessus de 135000 usagers, comparé à l’année 2015, où on en dénombrait près de 127000. « Nous enregistrons les gens à l’entrée non seulement pour des raisons de statistiques, mais aussi pour voir si le budget alloué a sa raison d’être », confie un moniteur.

Insalubrité

Six ans seulement après sa rénovation, l’état actuel du Parcours Vita laisse quelque peu à désirer. Le stade de football est presqu’envahi par l’herbe. Quant à celui qui sert à la pratique du basket-ball, les anneaux n’existent plus. Certains usagers l’on transformé en terrain de futsal. Les robinets d’eau, ainsi que les toilettes situées à proximité de ceux-ci ont cessé de fonctionner depuis belle lurette. A quelques mètres du terrain de tennis, on peut constater l’écroulement d’une partie du mur de la clôture. Aujourd’hui, le Parcours Vita a besoin d’une couche de peinture neuve. « Ce sont les usagers eux-mêmes qui détruisent ces biens publics », déplore Simon, venu jouer au football avec les ressortissants de son village. Pourtant, sur la plaque à l’entrée du parcours, un appel à la responsabilité est lancé à l’endroit de tous les usagers : « Cet espace est gratuitement mis à notre disposition 24/24 par le chef de l’Etat. Le suivi de ce joyau dépend de nous ».

Rouvert en 2012, l’entretien du Parcours Vita a été confié à la communauté urbaine de Yaoundé. Au cours de la cérémonie d’inauguration, Edgard Alain Mebe Ngo’o, alors ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, avait reçu la promesse des groupes d’utilisateurs de cet espace qu’ils en feraient bon usage et en assureraient l’entretien. « Depuis quelque temps, la communauté urbaine a entrepris certains travaux de réfection. Ils ont commencé par la piste et vont évoluer progressivement », confie Stéphanie Zanga, la directrice du Parcours. Pour l’heure, c’est l’espace réservé à la distraction des enfants qui sert de lieu de stockage du sable et du gravier nécessaires pour les travaux.

Rénovation

420 millions de Fcfa. C’est le montant du budget alloué pour les travaux de rénovation et de reconfiguration du Parcours Vita de Yaoundé, sur hautes instructions du président de la République. Il était question pour le Génie militaire, responsable technique de ces travaux, de sécuriser, moderniser, embellir et agrandir ce site.Au chapitre des réalisations, il y avait aussi la construction de 3200 mètres de piste gravillonnée, l’électrification de ladite piste et de la plateforme, la reconstruction ou la réfection du mur de clôture, l’engazonnement, la pose des buses et la construction des fossés maçonnés, la construction de 20 obstacles et ateliers excentrés de la piste pour une meilleure fluidité, la construction des aires de jeux (basket-ball, volley-ball, futsal, tennis), la construction d’un bâtiment administratif bien équipé avec blocs de toilettes, infirmeries bureaux, une zone de restauration ainsi qu’un parking extérieur.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo