DECLARATION DE CIRCONSTANCE: Journée internationale contre les violences faites aux femmes
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: DECLARATION DE CIRCONSTANCE: Journée internationale contre les violences faites aux femmes :: CAMEROON

En ce jour du 25 Novembre 2021, consacrée journée internationale sur la violence faite aux femmes, la commission indépendante contre la corruption et la discrimination (COMICODI), invite tous et chacun, à accorder une importance cruciale sur la question.

Le monde fait en effet face à une cause et une source d’injustice à la fois, une plaie profonde et une réelle catastrophe d’autant plus choquante, d’autant plus terrible, d’autant plus humiliante, obscurantiste et inacceptable, que toutes les sociétés humaines, toutes les nations, toutes les cultures et tous les systèmes de gouvernance sont concernés à un titre ou à un autre.

Ainsi, partout à travers le monde, le genre humain tarde à se défaire d’une image de la femme qui défie les pires maltraitances, les pires croyances et les plus hideux travers de l’esclavage. Jeunes, adolescentes, femmes accomplies et éduquées, mères et grands-mères, femmes rurales et femmes citadines, souffrent le martyr des hommes, tout cela renforcé, soutenu ou articulé par des cadres normatifs vexatoires volontairement entretenus et sacralisés, dans certaines sociétés, dans certains pays.

Chaque seconde qui passe, des milliers de femmes perdent la vie ou deviennent à jamais handicapées, pendant que les enfants en souffrent éternellement et deviennent parfois des loques humaines, des fous, des détraqués et des êtres perdus à jamais. Il faut ajouter ici, les femmes abandonnées avec les produits de leurs unions de circonstances ou des unions légales.

La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination exprime sa colère et son indignation, et lance un vibrant appel à tous les gouvernants de la planète, pour qu’ils adressent mieux cette question, cette pandémie pire que le SIDA et pire que le COVID 19./.

La Commission propose que des ateliers, des séminaires, des heures de réflexion et de discussions sérieuses aux fins de conscientisation, soient programmés dans les entreprises, les lieux publics, les ministères, les établissements scolaires et universitaires et dans le cadre des associations de toutes natures.

La Commission élève une vive protestation sur le laxisme et le peu d’empressement avec lesquels, les responsables du ministère de la promotion de la femme, mais aussi des Affaires sociales, traitent la question, et demande instamment au Gouvernement, de créer des structures d’accueils spécialement dédiées aux victimes./.

Yaoundé, le 25 Novembre 2021

J.C. SHANDA TONME

Président, Médiateur Universel

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo