Chers Camerounais, Dieu n’est pas au contrôle !
CAMEROUN :: FRANCAISCAMER

Chers Camerounais, Dieu n’est pas au contrôle ! :: CAMEROON

Je suis souvent interloqué, ici, au Cameroun, lorsque je vois quelqu’un qui vient de perdre ses enfants et qui ose déclarer que c’était la volonté du Seigneur. Car malheureusement, hein, je dois bien vous révéler que ce n’est pas Dieu qui est au contrôle…

De quel dieu s’agit-il ?

En réalité, il ne s’agit pas d’une question de religion. Car quels que soient les dieux auxquels les Camerounais adhèrent, ils auront toujours un moment où ils vont s’exclamer que « C’était la volonté du Seigneur ! »
Ce n’est même pas une question de divinité non plus. Mais c’est juste que mes compatriotes se plaisent à attribuer leur triste sort à un Personnage surpuissant, imprévisible mais surtout invisible, à Qui ils pourront rejeter l’intégralité de leurs fautes, de leurs mauvais choix et de leurs tares. Et même quand ce sont des athées ou des agnostiques comme mon meilleur ami Pierre La Paix Ndamè, chaque Camerounais est persuadé qu’il y a un Créateur qui est entièrement responsable de toute sa chance et de sa malchance.

De quel contrôle s’agit-il ?

Il s’agit du contrôle de notre vie. Parce que dans notre pays-ci hein, les gens sont tellement convaincus (ou alors on les a convaincus) qu’ils ne peuvent rien réaliser par eux-mêmes. Et c’est pour ça que vous verrez des Camerounaises qui répètent à longueur de journée que « Dieu est au contrôle ». Au contrôle de quoi ? Hein ? Pourquoi est-ce que vous ne pouvez jamais décider de prendre enfin vous-mêmes le contrôle de votre vie ?

Parce que ce qui me dérange en vérité, c’est surtout que cette banalité est manifestement parvenue à remplacer la réalité. « Dieu est au contrôle » va finir par devenir l’explication scientifique la plus absolue ! Et c’est avec cette formule-tintamarre que nous justifions désormais les bonnes nouvelles comme les accouchements et les promotions, mais également les mauvaises comme les divorces, les accidents de la circulation, les empoisonnements, les gifles, les licenciements, les éjaculations précoces, les détournements de fonds Covid, les avortements, etc.

La malchance n’est pas au contrôle

En parlant de mauvaises nouvelles, les Camerounais sont persuadés qu’il y a toujours un rapport entre une mauvaise nouvelle et la malchance. Ils n’ont jamais interrogé leur propre impréparation. Ils ne se demandent jamais s’ils auraient pu avoir fait une erreur, s’ils ont pu fauter quelque part ou alors s’il s’agirait tout simplement d’un banal concours de circonstances… Nôôô !
Pour le Camerounais lambda, c’est la malchance qui est au contrôle ! Parfois c’est un coup du sort qui a été jeté sur toi par un vieux sorcier qui était un grand marabout là-bas au village. Parfois c’est parce que tu es un poisseux de naissance, et que tu ne réussiras jamais rien de bon si on ne te nettoie pas correctement avec les herbes et les écorces. Parfois tu dois payer mystiquement pour les anciens péchés de ton arrière-grand-père, ou alors pour ceux de ton arrière-arrière-grand-mère ! Et au final les enquêtes ici ne sont plus nécessaires, et encore moins les autocritiques ni les autopsies sur les dépouilles de nos cadavres. Car tout ce qui est positif provient à coup sûr de la volonté du Seigneur, et tout ce qui est négatif nous provient indiscutablement de la malchance !

Même notre gouvernement n’est pas au contrôle…

On en vient là à un vampirisme qui sévit ici depuis la date du 6 novembre 1982. Car depuis cette journée maudite, les Camerounais sont englués dans un processus de zombification savamment organisé. On nous a arraché notre lucidité en libéralisant la bière, la sexualité et les églises de réveil. Les gouvernements successifs nous ont fait accroire, et avec brio, que c’était le bon Dieu qui les avait installés là-bas à la Mangeoire Suprême. Et que c’est Jésus-Christ Lui-même qui avait installé le RDPC pour l’éternité à Etoudi…

Je plaisante à peine. Car dans ce pays de 28 millions d’hères, il y a encore des individus qui pensent que le gouvernement nous accorde une faveur, lorsqu’il fait construire une route avec l’argent de ses misérables contribuables. Il y a encore des gens ici qui disent « Merci » au chef de l’État lorsqu’il ordonne la construction d’un nouveau dispensaire (ils disent même que c’est un « don »), alors que cela fait partie de ses nombreuses obligations régaliennes. Il y a des désespérés ici au Cameroun qui sont déterminés à devenir des fonctionnaires coûte-que-coûte, parce qu’on leur a fait miroiter que c’était là le seul chemin de l’épanouissement professionnel.

Et il y a aussi un autre comportement qui me perturbe, c’est que mes compatriotes ne revendiquent jamais rien. Ils sont incapables de réclamer la lumière sur le pillage de nos 180 milliards, et si tu veux les réveiller ils vont te rétorquer que c’est la présomption d’innocence qui est au contrôle.

Chers Camerounais, ce n’est pas Dieu qui est au contrôle !

Donc je suis souvent très interloqué, lorsque je vois un peuple qui souffre le martyre depuis bientôt quarante ans, mais qui ose s’imaginer que cela est dû à la volonté du Seigneur.
Et pourtant il faut bien vous révéler que ce n’est pas Paul Biya qui est au contrôle…

Dieu n’est pas au contrôle ! Ce n’est pas Dieu qui est responsable de l’éducation que tu donnes à tes enfants, et ce n’est pas à cause de Lui si tu es devenu un alcoolique invétéré et un fumeur de cigarettes. Dieu n’est pas au contrôle ! Ce n’est pas Dieu qui va décider si un homme va t’épouser ou pas, d’ailleurs ce n’est pas Lui qui est responsable de tes mauvais comportements et de tes sales habitudes. Dieu n’est plus au contrôle depuis le premier moment de ta naissance, puisque ce n’est pas Lui qui va décréter si tu seras riche ou alors si tu deviendras un clochard !

Parce que ce qui manque vraiment dans notre mentalité, c’est surtout l’esprit d’initiative personnelle. C’est également le sens de l’intérêt collectif, et c’est généralement aussi la culture du professionnalisme et du travail qui est bien fait.
Puisque si on veut bien voir, les Camerounais disent que « Dieu est au contrôle » pour se décharger de leurs responsabilités dans l’édification de notre pays le Cameroun…

Lire aussi dans la rubrique FRANCAISCAMER

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo