Affaire Njila Jean Vespa:La lettre de Shanda Tonme à M. SANI Célestin,Cabinet du Président du Sénat
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Affaire Njila Jean Vespa:La lettre de Shanda Tonme à M. SANI Célestin,Cabinet du Président du Sénat :: CAMEROON

Objet : Demande de confirmation d’une caution personnelle  auprès des services du Groupement de gendarmerie territoriale de Yaoundé, de personnes faisant l’objet d’un mandat de recherche sur l’ensemble du territoire national, pour tentative d’assassinat

Monsieur,

En date du 29 Mai 2021, Monsieur NJILA NJILA Jean Vespa ( Voir photo d'illustration ci-dessus, Ndlr), ingénieur, héritier testamentaire de feu son père de même nom, a été victime d’une tentative d’assassinat publique, par des individus déterminés à lui ôter la vie, lors des obsèques d’usage, devant un parterre de dignités traditionnelles et administratives, et d’élus à l’instar du Vice-Président de l’Assemblée nationale, ainsi que de nombreuses autres personnalités de divers statuts.

A la suite d’une plainte régulière auprès du Procureur de la République à Banganté, les auteurs de cet acte criminel, objets d’un mandat de recherche sur l’ensemble du territoire national, ont été interpellés le 11 juin 2021, pour leur déferrement, par les services du Colonel MENGATA, Commandant du Groupement de gendarmerie territorial de Yaoundé.

Ce jour, 12 juin 2021, après vous être présenté au Commandant, comme Diplomate et Conseiller technique du Président du Sénat, vous vous êtes porté caution, pour leur décharge, avec l’engagement FERME, de les ramener le mardi 15 Juin 2021, pour leur acheminement auprès du procureur à Banganté.

Aussi, eu égard à la gravité des faits reprochés aux mis en cause, notamment le caractère criminel, nous voulons nous rassurer, d’abord sur votre qualité, ensuite sur l’information préalable de votre Haut patron, dont la place dans les institutions de la République, de même que la réputation connue, s’accommodent mal d’un mélange, même indirectement, dans une affaire de tentative d’assassinat. Quoi qu’il en soit, l’opinion publique ne comprendrait pas qu’à un tel niveau de responsabilité, il soit possible de voler au secours des hors-la-loi, avec un blanc-seing, qui expose leur victime, à un danger réel, direct et certain, et profane l’institution publique.

Restant attentif au retour effectif de vos protégés à date à l’unité, pour répondre de leurs actes, nous vous assurons de notre citoyenne convivialité./.

JC. SHANDA TONME

Copie : Pdt/Senat ; MINETAT/JUSTICE ; SED ; PR/Bgt

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo