Le retour des cow-boys…
ÉTATS-UNIS :: POINT DE VUE

ÉTATS-UNIS :: Le retour des cow-boys… :: UNITED STATES

À cause de Donald Trump, on ne peut pas dire que les Etats-Unis d’Amérique entrent dans l’Histoire. Non, c’est très peu pour eux : il y a longtemps et de mille manières qu’ils y sont entrés. Sans rien exagérer, on pourrait même dire que ce grand pays a souvent réinventé l’Histoire de l’Humanité. Cela a été le cas, quand ils ont, de manière décisive, participé aux deux Guerres Mondiales. Cela a été également le cas, quand ils ont largué deux bombes atomiques sur le Japon, en 1945. Cela a été surtout le cas lorsque, pour la première fois, un habitant de la planète Terre a posé ses pieds sur la lune. Dans ce même registre, nous aurions enfin pu évoquer toutes les inventions et révolutions scientifiques dont l’humanité entière a bénéficié, grâce au génie incomparable des habitants de cette superpuissance…

Mais, décidément, l’Amérique ne nous avait pas encore révélé tout ce dont elle est capable. Il a fallu que Donald Trump, le milliardaire qui, jusque-là, semble n’avoir jamais connu d’échec, perde une élection présidentielle, après en avoir gagné une première dans des conditions les plus difficiles, pour que le reste du monde s’aperçoive que le pays de l’Oncle Sam rame manifestement à contre-courant, lorsqu’il s’agit des problèmes importants qui tourmentent les temps d’aujourd’hui , comme les variations climatiques, comme les dégâts tragiques que cause, à très grande échelle, le coronavirus.

Surtout, cette Amérique, que des reporters de tout bord ont pris l’habitude de surnommer « l’une des plus grandes démocraties du monde », a précisément de la démocratie une définition étrange qui échappe à la compréhension ordinaire des autres peuples de la terre. En effet, avec Trump, la seule démocratie qui vaille, c ’ e s t celle qui, dès que vous avez pris part à une élection présidentielle, fait automatiquement de vous le président de votre pays, même si votre adversaire a obtenu la majorité des voix. Jusque-là, le commun des mortels a toujours pensé que, lorsqu’il s’agit d’élection en démocratie, la victoire finale appartient à la majorité…

Donald Trump vient de passer quatre trop longues années à la Maison Blanche. Il soignait des slogans qui semblaient coordonner et justifier la plupart de ses actions, quand ils ne révélaient pas l’essentiel des promesses fermes qu’il ne cessait de faire au peuple américain : « L’Amérique d’abord !... Rendre l’Amérique de nouveau forte ! » ... Quand, en janvier prochain, Trump remettra les clés de la Maison Blanche à Biden, il est difficile de penser qu’on pourra trouver, même dans la foule de très fervents Républicains, un seul citoyen américain qui soit capable d’affirmer que l’Amérique, sous Trump, est devenue plus forte qu’il ne l’avait été, auparavant. Dans quoi l’Amérique de Trump se vanterait-elle de puiser sa prétendue force ? Aucune guerre gagnée ; aucun différend durable réglé en faveur des USA. Au contraire, Trump s’est agenouillé devant l’intransigeant président de la Corée du Nord, sans que ce dernier fasse au monde dit occidental le moindre cadeau significatif. La Chine règne sans partage à Hong-Kong et gagne à sa cause des parties du monde qu’elle ne contrôlait pas jusque-là. Les Talibans dictent toujours leurs quatre volontés en Afghanistan.

Des Jihadistes et des Intégristes tiennent des peuples en respect partout dans le monde ; ils décapitent qui ils veulent et quand ils veulent. Le terrorisme international n’a jamais autant prospéré aux quatre coins de la planète... Aux Etats-Unis mêmes, l’économie qui se porterait mieux est une poudre dans les yeux et un mensonge d’État. L’homme étant au début et à la fin de tout, aucune économie nationale ne peut se porter bien, quand des groupes sociaux réactivent les foyers racistes, quand une police blanche aux ordres ne laisse plus respirer les Américains noirs, quand des pauvres, très nombreux et privés de toute assurance, ne peuvent plus se soigner, quand, face au coronavirus, les populations connaissent une courbe vertigineuse de contaminations et payent un tribut exorbitant en vies humaines…

Trump n’a pas rendu l’Amérique plus forte. Au contraire, pendant quatre ans, il a juste permis qu’on revoie cette Amérique d’antan, quand des cow-boys, sans foi, ni loi, n’avaient que leurs larges chapeaux, leurs chevaux et leurs colts…

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo