Les Paradoxes du Paradis Camerounais... :: CAMEROON
Les Paradoxes du Paradis Camerounais... :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE Les Paradoxes du Paradis Camerounais... :: CAMEROON
  • Correspondance : Par Mustapha Ali, un affamé du Ramadhan
  • jeudi 21 mai 2020 12:00:00
  • 871

Les Paradoxes du Paradis Camerounais... :: CAMEROON

Un État qui veut du bon pain ne forme pas les maçons mais les boulangers...Un parti qui se veut politique ne forme pas les terroristes mais les militants... Développer de pertinentes et belles théories à longueur de journée c'est bien mais en fait qui nous écoute ? Écrire des dizaines de pages rhétoriques ou philosophiques c'est bien mais en fait qui nous lit ?

Il faut parfois ramener le discours à sa plus simple expression pour être écouté puis entendu et enfin compris, cela aussi n'est pas une garantie. Ils aiment les bêtises et sont pour la plupart des adeptes des faits divers. Facebook en est une parfaite illustration.

Qui nous a d'ailleurs dit que Facebook était un support de média destiné à l'éducation, à la formation et la sensibilisation des masses ? Qui nous l'a dit ?La jeunesse camerounaise partage historiquement les tares enracinées de la jeunesse africaine.

Quand on prend du recul pour bien l'observer, on se rend compte que cette jeunesse souffre grandement du mal de défaut de conscience. Certains me diront que c'est très gentil en indiquant qu'il s'agirait plutôt d'une absence de conscience. J'invite tous les lecteurs de ce brouillon à ne pas confondre la conscience et l'état de conscience bien que les deux appartiennent au même cursus orthographique.

La question qui revient le plus souvent nous semble classique : « à qui la faute ? ». C'est peut-être à raison la question qu'il conviendrait de poser mais nous n'al- lons tout de même pas nous y éterniser. Après les constats, il faut agir. C'est une autre manière de dire que l'ordonnance succède logiquement à la consultation médicale après les examens. Bientôt un siècle que nous faisons les constats mais personne ne semble vouloir songer agir.

C'est donc à ce niveau que je voudrais interpeller deux mots du lexique : la démarche et la stratégie. En plus simple parlons de démarche stratégique. Si le gouvernement a déjà comme tous les autres gouvernements africains, fait les preuves de ses limites, existe-t-il en face de celui-ci une alternative qui pourrait tout au moins nous conduire vers l'un des deux types de rêves. Puisqu'à défaut du rêve aspiration qui trace la trajectoire de nos ambitions, on pourrait se contenter du rêve illusion qui nous fait souvent visiter le paradis le temps de notre sommeil.

Comment un peuple qui ne sait même pas s'offrir un bon petit sommeil va pouvoir aspirer à un rêve illusion? Comment ? Le champ politique camerounais me semble vierge et miné.

Il y a un espace pour faire quelque chose. Il y a un espace à occuper. Il y a un espace à saisir. Du courage, de la vision, du discernement puis une bonne démarche stratégique, le mouvement sera irrésistible. Il ne faut pas des lunettes de laboratoire pour voir ce joli espace qui est là et qui nous regarde. Il est là. Le temps juste de mesurer les forces en présence, de maîtriser le mode de fonctionnement de ce régime, d'apporter une offre soutenue et fiable, ça va passer.

Dommage personne ne veut prendre le temps qu'il faut pour y parvenir. Tout le monde se presse et bute. Pire encore les erreurs des autres, ceux d'hier, ne servent pas à ceux d'aujourd'hui. Ils arrivent et font les mêmes erreurs, les mêmes fautes et voire pire....Il faut 18 ans de travail au moins pour enraciner ce mouvement-là. Êtes-vous prêts ? Si vous ne l'êtes pas alors enlevé de votre jargon lexical les mots « alternance et changement.... »

21mai
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo