CAMEROUN :: 14 mois de prison en France pour le chef de 3e degré du quartier domaine d'Edéa :: CAMEROON
CAMEROUN :: 14 mois de prison en France pour le chef de 3e degré du quartier domaine d'Edéa :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Le Messager : Edkings
  • jeudi 21 mai 2020 11:09:00
  • 3226

CAMEROUN :: 14 mois de prison en France pour le chef de 3e degré du quartier domaine d'Edéa :: CAMEROON


A peine installé comme chef de 3e degré du quartier domaine, un quartier huppé de la ville d’Edéa , région du littoral Cameroun, Serge Tapoko qui réside en France, vient d’être happé par la machine judiciaire de l’hexagone.

Selon la dépeche.fr, « pendant 4 mois, des escrocs savamment organisés ont sévi sur la région Aquitaine.

En effet, entre novembre 2008 et février 2009, Florient Tiagueu Leumbou, 31 ans, et Serge Koungano Tapoko, 35 ans se sont procuré des papiers d'identité et des bulletins de paie volés afin de commettre une série d'escroqueries.

Les documents appartenant à une femme, ils ont recours à Françoise, âgée de 53 ans, pour ouvrir des comptes bancaires sous une fausse identité, usurpée bien entendue, notamment dans la ville de Bordeaux. » Ce n’est pas la première fois que Tapoko a maille à partir avec la police française.

Lors de la campagne électorale pour la désignation du chef du quartier domaine, son adversaire Irénée Mandeng avait fait état de ses frasques policières en France. Cette fois ci, il est rattrapé par ses manœuvres d’enrichissement illicite. « Afin de rendre l'escroquerie indécelable, le trio n'est pas avare d'astuces. Les prévenus ont entre autre accompagné Françoise dans un salon de coiffure pour qu'elle améliore sa ressemblance avec la photo d'identité. Puis, Françoise, apprêtée d'une perruque blonde, se faisait accompagner de Florient, pour se rendre dans des magasins de Gironde et des Landes afin d'acheter, à l'aide des chèques falsifiés, du matériel hi-fi et des ordinateurs portables. Des objets destinés à la revente au Cameroun, pays d'où sont originaires Florient et Serge.

En échange de sa participation, ils avaient proposé à Françoise d'utiliser ces chéquiers falsifiés pour ses achats personnels. »

Sans emploi connu, sa majesté Tapoko mène un train de vie princier. Voyages, objets de luxe, grosses voitures, appartements et immeubles à Edéa, où il est présenté comme le plus grand propriétaire terrien. Mais en France, la justice française ne le lâche pas d’un pouce : selon la presse bordelaise, « Il y a deux semaines, Florient comparaissait déjà en audience correctionnelle pour une escroquerie tendant à la vente de faux billets noircis, en se faisant passer pour un ministre africain en fuite.

En effet, avec deux acolytes, il proposait ces billets avec un flacon de produit destiné à détacher les billets pour les réinsérer sur le marché. Ce produit n'était qu'illusion et n'était doté d'aucun pouvoir détachant. Cette technique du « wash-wash » est principalement utilisée en région parisienne. »

Tout a une fin, même pour Tapoko qui sait déjouer les fils de la nasse tendue par la police : « Hier, deux des prévenus, Françoise et Florient ont été présentés devant le tribunal correctionnel. Le troisième comparse, Serge, sous contrôle judiciaire ne s'est pas présenté.Le procureur a réclamé à l'encontre de Florent et Serge, à la tête de l'escroquerie, la peine de 2 ans d'emprisonnement ferme, et 15 mois assortis d'un sursis à l'encontre de Françoise, utilisée par les deux hommes pour leur faciliter les arnaques.

En défense, Mes Knopf-Silvestre, Legros-Gimbert et Pujol-Suquet, rebondissant sur les réquisitions du procureur, ont élaboré une fine analyse de l'infraction d'escroquerie. Le tribunal a condamné Florient et Serge à la peine de 14 mois de prison ferme et Françoise à 10 mois avec sursis. »

21mai
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo