CAMEROUN :: Sur la hantise du secret et l’invention juridique dans le despotisme légal. :: CAMEROON
CAMEROUN :: Sur la hantise du secret et l’invention juridique dans le despotisme légal. :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : CL2p
  • jeudi 21 novembre 2019 13:06:00
  • 1514

CAMEROUN :: Sur la hantise du secret et l’invention juridique dans le despotisme légal. :: CAMEROON

Cameroun- Comprendre la notion « d’intelligence » dans le cas de Marafa Hamidou Yaya... Nous sommes tous formés pour considérer les juges comme des personnes impartiales, respectant les principes et soucieux de rendre le bon verdict.

L'idée que la loi puisse être interprétée par une idéologie n'est pas largement acceptée, mais des juges peuvent pourtant être nommés pour défendre en priorité les intérêts qu'ils servent, en particulier dans le despotisme légal. Dans les juridictions despotiques, telles que le Cameroun, le gouvernement à tous les niveaux a montré à maintes reprises que les lois ne sont conçues que pour contrôler la population, et non le gouvernement ni aucun de ses acteurs, sauf lorsque ces derniers ne sont plus en odeur de sainteté avec le tyran comme le prouve à suffisance le cas du ministre d’Etat Marafa Hamidou Yaya.

Ainsi, dans ce type de service juridique, les juges lisent la loi de la manière qui convient le mieux aux souhaits et aux désirs du maître qui les a nommés, contre l’État qui paye leurs salaires et peut les licencier à sa guise. Puisque ces souhaits et ces désirs sont ceux du maître, le système suppose automatiquement qu’ils sont bons. En l'absence d'une norme objective (la loi neutre), il ne reste plus rien pour guider le régime que ses propres désirs et caprices. Nous sommes laissés à nous interroger sur une chose : Y a-t-il seulement des dictateurs qui pensent que leur gouvernance est mauvaise? À l’évidence non.

Dans le despotisme légal, les juges créent donc et excellent mêmes dans des formes d'acrobaties juridiques comme « la complicité intellectuelle de détournement de deniers publics » qui retient arbitrairement Marafa Hamidou Yaya en détention depuis sept (07) ans; acrobaties juridiques à travers lesquelles ils doivent passer par de nombreuses formes d’inventions juridiques pour paraître légitimes et étendre leur autorité jusqu’au point de rupture. Dans ce cas, la notion d ‘ «intelligence » est large et ambiguë et suggère une interprétation secrète et créative de la loi.

La notion d'intelligence ici, de facto, propose une loi secrète qui permet à un cabinet noir proche du palais présidentiel de fonctionner et à un État profond de se couvrir de légitimité. Le « Deep State » est un conglomérat de bureaucrates, d’appareils de sécurité et d’intérêts commerciaux qui ont des intérêts acquis dans des politiques nationales spécifiques qui leur sont bénéfiques. C’est une culture d’intérêt personnel qui se perpétue et qui est typique de nombreuses plantations coloniales se faisant passer pour un État moderne, en Afrique notamment.

Dans ce cadre, les secrets d’État sont la marque des dictatures.

Recherchez n'importe quelle dictature dans le monde, passée et présente. L'une des premières choses qu'elles font consister à "cacher des choses" aux gens, c’est-à-dire le fond de la vérité. Tribunaux secrets, police secrète, cercles intérieurs, etc., tout commence de la même manière. La raison du secret est la capacité de consolider le pouvoir, d’éliminer les ennemis et d’éliminer les obstacles avant leur floraison.

Ainsi, cette « intelligence » définit les « traîtres » comme TOUTE PERSONNE qu'ils perçoivent comme une menace pour le régime de Yaoundé et pour détenir un Camerounais ordinaire sans procédure régulière. Ainsi, tous ces gens qui veulent descendre dans la rue portent désormais cette étiquette de « traître », ce qui n’est pas surprenant puisque nombre de nos héros historiques ont été appelés « maquisards » et ont été tués sans procès. Par conséquent, nous vivons sous un régime d'exception depuis le début.

Le cas Marafa nous enseigne qu’il est donc important d’examiner si les juges adaptent leur langage en fonction des effets sur leur public. Il est aussi crucial d’examiner le lien entre les verdicts judiciaires et les choix linguistiques juridiques. Ce faisant, nous avons constaté, dans le cas Marafa, que les juges écrivent en pensant à leur auditoire et mettent l'accent sur des stratégies de justification et de persuasion afin de faire appel à des publics variés pouvant être attentifs à ce genre de procédures.

Dans un pays normal, la constitution donne le pouvoir au peuple de contrôler le gouvernement. Par conséquent, il incombe à la population de demander des comptes au gouvernement. Lorsque les gens somnolent au volant, le véhicule se bloque. Nous, le peuple, sommes précisément entrain d’échouer dans notre responsabilité, si nous ne l’avons déjà pas lourdement fait pendant les 37 dernières années de dictature Biya au Cameroun.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P 

21nov.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo