Camer.be
CAMEROUN :: La pollution asphyxie Douala :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE CAMEROUN :: La pollution asphyxie Douala :: CAMEROON
  • Source : Le Jour
  • mercredi 10 octobre 2018 10:24:00
  • 1008

CAMEROUN :: La pollution asphyxie Douala :: CAMEROON

Respirer de l’air pur dans la ville de Douala devient de plus en plus difficile. La pollution prend des proportions inquiétantes. A cause des grandes industries qui dégagent des gaz nocifs à longueur de journée. Les quartiers tels que Yassa, Bonaberi, la zone portuaire, et les sites de Douala Bassa sont considérés comme les zones les plus polluées. Les riverains se plaignent au quotidien des odeurs nauséabondes.

Bertrand Dahatchieu, ingénieur en développement durable option santé, environnement du territoire et société de l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, France révèle que «La qualité de l'air que respirent les populations résidantes dans ces zones n'étant pas bonne, il y a risque de contracter les maladies respiratoires tel que la rhinite, l'asthme, etc. En fonction de la dose, quantité des polluants dans l'air, on pourra avoir des cas chroniques et d'autre aiguë.

Les cas aigus se présente lorsque la dose de polluant dans l'air est élevée et chronique pour des quantités faibles. Cela étant ces populations courent le risque de contracter des infections pulmonaires. Il y a également des contaminations de la nappe phréatique et des puits d'eau, des maladies hydriques, vibrion cholérique, typhoïde, dysenterie, etc.».

Selon l’environnementaliste, ces rejets peuvent s'infiltrer et contaminer la nappe phréatique et les puits d'eau. Cette contamination a un impact sanitaire important sur les populations. Si les seuils de rejet sont rejetés, les impacts négatifs sont moindres. La savonnerie a aussi des graisses comme polluant.

Ces polluants appauvrissent les sols. Pour éviter cela, les responsables installent à l'usine des stations d'épuration appelées «graisseurs », ceux-ci ont pour objectif de traiter ces eaux chargées avant de les rejeter dans la nature.

10oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo