Trafic d’enfants : La police démantèle un réseau à Douala
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Trafic d’enfants : La police démantèle un réseau à Douala :: CAMEROON

Les éléments du commissariat du 17ème arrondissement de la métropole économique ont mis la main sur dame Rebecca et son complice Junior Etoundi, deux présumés ravisseurs qui s’apprêtaient à vendre le jeune Nicolas Beyo.

Après deux semaines passées entre les mains de ses ravisseurs, loin de sa mère, le jeune Nicolas Beyo est heureux de retrouver sa génitrice. Âgé de 11 ans, le jeune garçon avait été enlevé par leur voisine, la nommée Rebecca Komole Meya, la quarantaine sonnée et mère de huit enfants. Le jeune garçon a été arraché des griffes des ravisseurs par les éléments du commissariat du 17ème arrondissement de Douala. L’enlèvement a eu lieu le 12 septembre 2021 au point kilométrique (pk) 21. La présumée ravisseuse a profité de l’absence de la mère de la victime, en voyage, pour commettre son forfait. Elle va approcher le gamin en lui promettant de l’amener là où il aura une vie meilleure ; il aura droit à tout ce qu’il sollicite.

Pour brouiller les pistes et l’hypothèse d’un enlèvement, dame Rebecca va faire rédiger une lettre à l’enfant dans laquelle il dit aurevoir à sa mère. L’astuce étant de faire croire à une fugue de l’enfant et surtout ne guère laisser de traces, raconte le commissaire Lambert Bawak. Le scénario digne des films Hollywoodiens se déroule sans anicroche. L’enfant est amené à Pk 15 chez la fille de la ravisseuse, Anita Machio. Emportant avec eux la somme de 40 mille Fcfa et six bouteilles de whisky. Elle enjoint à sa fille de bien garder l’enfant parce qu’elle le confiera plus tard à un certain Etoundi Junior qui l’amènera dans une famille à Edéa.

En attendant les résultats de l’enquête

De retour de son voyage, la mère de l’enfant constate la disparition de son fils. Elle voit surtout la lettre laissée par ce dernier. Malheureusement pour les ravisseurs, la lettre est déchirée. Ce qui fait croire à la mère à un enlèvement. Elle   porte plainte le 26 septembre 2021 pour enlèvement de mineur en coaction. Les fins limiers de la police lancent les recherches. Lesquelles vont leur permettre avec la collaboration de l’opérateur de téléphonie mobile Mtn, de localiser les appels et le téléphone du jeune Nicolas dans la zone de pk 15. C’est ainsi que l’opération menée dans ce quartier va permettre de délivrer l’enfant et d’interpeler deux suspects à savoir la fille de dame Rebecca et son petit ami. Après leur exploitation, ils vont avouer que c’est dame Rebecca qui est venue déposer l’enfant chez eux.

Une deuxième opération va permettre de mettre la main sur la principale suspecte. Au cours de son audition, cette dernière va passer aux aveux. Affirmant qu’elle a enlevé l’enfant pour des motifs pécuniaires. Aussi, a-t-elle fait savoir qu’elle devait remettre l’enfant à Etoundi Junior. Qui devait à son tour le remettre à une famille à Edéa. Les fins limiers vont mettre la main sur ce troisième larron du   réseau. Qui, contrairement à ses complices, a été peu disert. Il a refusé de révéler l’identité de la famille vers laquelle devait être envoyé l’enfant et les motifs de l’enlèvement. Devait-il être vendu pour effectuer des travaux forcés ou devrait-il servir pour les crimes rituels. Combien d’enfants ont-ils déjà liquidés ? Seule l’enquête en cours pourra répondre à ces interrogations.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo