Le passeport biométrique arrive quand l’Amérique ferme ses portes.
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Le passeport biométrique arrive quand l’Amérique ferme ses portes. :: CAMEROON

La Délégation Générale à la Sureté Nationale annonce qu’en l’espace de deux jours, on peut désormais obtenir son passeport au Cameroun. Cependant qu’Antony J. BLINKEN, secrétaire d’Etat américain, annonce de restriction de visas pour ceux qui compromettent la résolution pacifique de la crise dans les régions anglophones.

Et c’est la quotidien Le Jour qui plante le décor « Les Camerounais désirant se faire établir un passeport pourront à compter du 1er juillet 2021, le faire en ligne à travers le site internet de la Délégation générale à la sûreté nationale (DGSN). Il sera disponible en 48h. Ils devront désormais débourser la somme de 110.000Fcfa au lieu de 75.000Fcfa pour obtenir ce document de voyage. C’est ce qui ressort de la conférence de presse organisée hier, 08 juin 2021, par Dominique Baya, secrétaire général de la Délégation générale à la sûreté nationale »

Le passage de ce titre de transport du passeport ordinaire au passeport biométrique fait l’objet du titre du journal le Quotidien paraissant à Yaoundé: «Le Cameroun se met à l’heure du passeport biométrique». Les atouts du nouveau document de voyage : plus sécurisé, disponible en 48 heures. L’enregistrement se fait en ligne à partir de n’importe quel point de la planète. Mais le retrait nécessite que l’impétrant se déplace physiquement. Pour ce bond technologique, il faudrait débourser 110000 FCFA...Les nouveaux passeports du Cameroun auront des pages de données en poly carbonate.

Le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune donne le timing : «Un nouveau passeport dès le 1er juillet». Le secrétaire général de la Délégation générale à la Sûreté nationale, Dominique Baya a annoncé hier la mise en service du système de production de documents plus sécurisé »

Au demeurant, si le précieux sésame est désormais disponible en temps réel, les conditions d’accès aux détenteurs de ce titre de voyage ne sont pas les mêmes pour tous les pays. De fait, un communique de presse du secrétariat d’Etat Américain annonce la « restriction de visas pour ceux qui

compromettent la résolution pacifique de la crise dans les régions anglophones du Cameroun » Pour la diplomatie américaine, Les personnes ciblées ici, faut-il le préciser, peuvent se recruter autant dans le camp gouvernemental qu’au sein de l’armée, tout comme au sein des bandes armées qui commettent des crimes et des exactions dans les deux régions.

Antony J. BLINKEN, secrétaire d’Etat américain, précise dans cette sortie, qu’il s’agit des «personnes soupçonnées d’être responsables ou complices de l’entrave à la résolution pacifique de la crise dans les régions anglophones du Cameroun». Il faut donc avouer que le spectre des personnes visées peut être vraiment large. Par ailleurs, Il transpire de ce communiqué, un appel à un dialogue plus large dans la résolution de la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest : «Nous exhortons toutes les parties prenantes concernées au Cameroun et dans la diaspora à s’engager de manière constructive et à rechercher une résolution pacifique de la crise»

Une attitude américaine qui a appelé Cameroon Tribune à s’interroger «C’est qui la vraie menace au dialogue?». Le Secrétaire d’Etat américain annonce des restrictions de visa pour les personnes qui entravent la résolution pacifique de la crise dans les deux régions. Et le journal dénonce pour défendre : Une autre sortie d’un pays ami qui, curieusement, ignore les cas flagrants des commanditaires d’actes de barbarie déjà établis en Occident, et minimise les nombreux efforts de dialogue engagés depuis cinq ans par les autorités camerounaises.

Pour le reste, le Covigate reste dans l’actualité. Le journal Le Soir est allé «Au cœur de l’audition des ministres». Selon le point fait par Jeune Afrique sur l’audition des ministres, 23 départements ministériels se sont partagé 128,2 milliards Fcfa de dotations, soit 71% des 180 milliards de la dotation globale du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus. Saisis par les auditeurs, seuls 19 ministères ont répondu à la demande d’informations à la fin septembre 2020.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo