Covidgate : L'étau se resserre autour du Dg de L’IMPM
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Covidgate : L'étau se resserre autour du Dg de L’IMPM :: CAMEROON

Attendu au TCS ce mardi, Jean Louis Essame Oyono va être entendu sur la fabrication locale foireuse de 10 millions de comprimés de Chloroquine et d’Azythromycine.

Le directeur général de l’Institut de recherches médicales et d’étude des plantes médicinales (IMPM) est attendu devant le corps spécialisé des officiers de police judiciaire du Tribunal criminel spécial (TCS) ce mardi, pour s’expliquer sur l’usage qui a été fait des 657 millions Fcfa débloqués l’an dernier au profit de son administration pour fabriquer localement cinq millions de comprimés de chloroquine et cinq millions de comprimés d’Azythromycine. Dans son rapport d’audit sur la gestion des 180 milliards destinés à la riposte contre le coronavirus pour le compte de l’exercice 2020, lequel fait des vagues depuis quelques semaines, la Chambre des comptes de la Cour suprême (CCCS) affirme que Jean Louis Essame Oyono et ses équipes n’ont pas lancé de fabrication locale des médicaments comme instruit par le président de la République, Paul Biya. Les auditeurs révèlent, en effet, que l’IMPM a plutôt procédé à l’acquisition en Inde de 5 millions de comprimés d’Hydroxychloroquine et de 500.000 comprimés d’Azithromycine, livrés le 29 juillet 2020.

Une résolution du conseil d’administration de l’Institut, en date du 27 mars 2020, donne pourtant les assurances que des équipements de dernière technologie avaient d’ores et déjà été acquis pour lancer une production massive – jusqu’à 6000 comprimés par minute. Par ailleurs, dans une interview accordée à Cameroon tribune et à plusieurs médias audiovisuels, le 06 avril de la même année, Jean Louis Essame Oyono annonce avoir passé quelques jours avant, les commandes pour l’acquisition de la matière première en Chine et en Inde. C’est d’ailleurs, apprend-on, sur la foi des assurances du Dg de l'IMPM que le ministre de la Recherche scientifique et de l'innovation, Madeleine Tchuinte écrit au chef de l'État le 06 avril 2020, pour soumettre " à sa haute appréciation" des propositions en vue de la fabrication locale de la chloroquine et les coûts induits.

Paierie spécialisée

La question est de savoir à quel moment du processus l’IMPM a-t-il fait volte-face ? Bien plus, la décision de recourir à l’importation des médicaments en lieu et place de la production locale qui, du reste, n’était pas une nouveauté pour cette structure a-t-elle été prise dans le dos du conseil d’administration que préside Rose Acha Leke et dont ne fait pas partie le ministre de la Recherche ? Et si c’était plutôt l’instruction présidentielle transmise via le secrétaire général de la présidence de République, le 17 novembre 2020, de surseoir à l’activité de fabrication des médicaments pour un montant de 4 milliards Fcfa, qui est venue jeter le trouble dans l’affaire ?

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo