système électoral : Le Secrétariat technique prolonge le délai des contributions au 20 avril
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: système électoral : Le Secrétariat technique prolonge le délai des contributions au 20 avril :: CAMEROON

Telle est la substance d’un communiqué qui nous est parvenu hier signé par Patricia Tomaïno Ndam Njoya. 

«Compte tenu de l’engouement manifesté et les sollicitations parvenues au Secrétariat technique, la date limite de réception des contributions est reportée du 15 au 20 avril 2021 », lit-on dans le communiqué signé au nom des leaders des parties prenantes engagées dans l’initiative de ce processus de révision consensuelle. Dans le même sillage, les leaders politiques et de la société civile engagés dans le chantier de la réforme du système électoral, informent l’opinion que le processus se poursuit dans la sérénité.

Il est par ailleurs annoncé que de nombreuses formations politiques, organisations de la société civile et les citoyens continuent d’adresser leurs contributions au Secrétariat technique, aux adresses suivantes : email: revisionconse@gmail.com; numéros WhatsaAp : 696742113 et 651576797. On se souvient que cette opération de recueillir les différentes propositions pour une révision consensuelle du système électoral a été lancée le 1er avril dernier et signé par Prince Ekosso de l’Usdp, Cabral Libii du Pcrn, Joshua Osih du Sdf, Hilaire Dzipan du Mp, Pierre Kwemo de l’Ums, Maurice Kamto du Mrc et Patricia Tomaino Nadam Njoya de l’Udc, l’hôtesse du conclave. 

Dynamique

Ces leaders politiques de l’opposition sont convaincus qu’un système électoral accepté et partagé par tous est garant d’un jeu démocratique crédible, juste, équitable, transparent et pacifique dans une nation. Ils l’ont toujours décrié, dans le Code électoral de 2012 en vigueur, il existe de nombreux désaccords sur plusieurs de ses dispositions, ainsi que celles qui sont obsolètes, des contradictions et des vides juridiques, ce qui fait obstacle à la plénitude de l’exercice d’un droit fondamental, le droit de vote, puis, à l’éventualité d’une alternance pacifique et démocratique. Dans la foulée, ils avaient appelé les autres partis politiques, organisations ou personnalités de la société civile, désireux de participer à cette dynamique. 

« Nous avons décidé de travailler  ensemble dans un cadre républicain inclusif, avec toutes les parties prenantes du jeu démocratique, afin de mettre en place un système électoral nouveau ou amendé pour la stabilité et la prospérité de notre pays », annonçait Tomaïno Ndam Njoya le 1er avril dernier. 

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo