Le Groupe de travail Stand Up For Cameroon fait le rapport sur la situation des  droits de l’homme.
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Le Groupe de travail Stand Up For Cameroon fait le rapport sur la situation des droits de l’homme.

C’est  un rendez vous mensuel initié par Stand Up For Cameroon. Une dynamique de partis politiques, organisations de la société civile et les citoyens camerounais. Son but, refonder l’Eta pour bâtir une nation qui respecte les principes de justice, d’équité et de droits humains.

La présentation du mois de mars 2021 a eu lieu  au foyer des marins à Douala. A l’ouverture des travaux, Philippe Nanga, coordonnateur de l’ONG Un Monde avenir a planté le décor « présenter les faits, les données et les tendances clés de violations des droits humains au Cameroun au cours du mois de Mars 2021. Discuter des mesures d’amélioration de la situation des droits. Engager les journalistes, les invités et le public à agir pour un plus grand respect des droits de l’homme au Cameroun »

Le rapport exposé indique des violations et des violences des droits qui laissent entrevoir une situation préoccupante. On note 100 personnes mortes au cours du mois, 33 kidnappées, 8 incendies et explosions causés par les groupes armés pour ne citer que ces quelques exemples. Pour le groupe de travail, le Cameroun reste caractérisé par des dynamiques de violence qui affectent gravement les populations. Dus aux tensions qui opposent le barreau au gouvernement, les militants du MRC et du mouvement Stand Up For Cameroon encore en prison, aucune avancée dans le cas des enfants tués à Kumba, la gestion catastrophique de la seconde phase de la covid19, A l’instar d’Amadou Vamoulké et Paul Tchouta, des détentions préoccupantes…

Le résultat est plutôt alarmant : nombre croissant des violations des droits de l’homme, à l’incapacité des instances judiciaires à se constituer en véritable pouvoir, à un Etat de droit qui demeure dans le discours, la liberté syndicale étouffée et la presse indépendante muselée.

Face à ce tableau sombre, le groupe de travail sur les droits humains  à, dans son rapport, fait des recommandations à l’Etat du Cameroun, aux groupes armés, aux organisations internationales et la société civile. Elles se déclinent au nombre de 35.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo