TASK-FORCES : Ngoh Ngoh, l'homme fort
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: TASK-FORCES : Ngoh Ngoh, l'homme fort :: CAMEROON

Le Premier ministre est mis sur la touche au profit du Sg/Pr, qui va trôner sur la Task-Force COVID-19 créée par le chef de l’État et logée à la présidence de la République.

Le ministre d’État, secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr) est le nouvel ordonnateur du Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales. Ainsi en a décidé le président de la République, Paul Biya, qui vient de créer une Task-Force COVID-19, logée au palais de l’Unité et placée sous la coordination de son plus proche collaborateur. Cette évolution est loin d’être anodine. Alors que de forts soupçons de malversations financières entourent la gestion de la pandémie, soupçons pour lesquelles le chef de l’État aurait d’ores-et déjà instruit l’ouverture d’une enquête judiciaire, cette décision est un cinglant désaveu pour le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, qui pilotait la riposte depuis mars 2020.

Dans une correspondance adressée le 08 avril au secrétaire  général des services du Premier ministre, Ferdinand Ngoh Ngoh précise que toutes les propositions relatives aux actions stratégiques à mener dans le cadre de la riposte, de même que les propositions de ventilations des fonds COVID-19 actuellement en étude au ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) devront être soumises à la Task-Force, pour validation préalable du chef de l'État, Paul Biya.

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, pour sa part, est confiné à jouer les seconds rôles, notamment, encadrer « les sollicitations de certaines missions diplomatiques et entreprises souhaitant l’autorisation d’acquérir des doses de vaccins pour leur personnel », selon la correspondance citée supra. Alors que le Cameroun s’apprête à importer massivement les vaccins afin d’assurer une couverture vaccinale complète de la population, entre autres opérations qui nécessiteront la mobilisation d’importants moyens financiers, l’arrivée de la Task-Force s’inscrit, a priori, dans la perspective de la transparence.

Toutefois, elle est loin d’être bien perçue par une partie de l'opinion si l’on s’en tient à l’histoire récente des Task-Forces dans le pays. Une telle structure placée sous la coordination du Sg/Pr avait été créée par le président de la République en 2016 pour superviser les chantiers de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019, veiller sur la régularité des marchés y relatifs, des offres techniques et financières, etc.

Surfacturations

Mais au bout du compte, outre le retard pris dans l’exécution  desdits chantiers, retard à l’origine du retrait de la compétition au Cameroun et qui sont loin d’avoir été rattrapés à huit mois du démarrage effectif de la Can reprogrammée en 2021 puis en 2022 en raison de la survenue du coronavirus, la presse et les organisations de la société civile avaient révélé un énorme scandale financier sur fond de surfacturations à outrance et des détournements de fonds publics d’environ 1000 milliards Fcfa autour de ces projets. Aucune enquête officielle n’a jamais été ouverte pour faire la lumière sur ces graves accusations, ce qui fait craindre que les mêmes causes ne finissent par produire les mêmes effets. Par ailleurs, cette Task-Force n’a jamais fait son bilan.

Pour mémoire, pour le seul exercice 2020, le Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus et ses répercussions économiques et sociales a été doté d’un budget de 180 milliards Fcfa. Trois audits différents ont été commandés pour faire la lumière sur la gestion de cet argent.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo