Message de fin d'année et de nouvel an: Paul Biya s’en prend vivement à Maurice Kamto
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Message de fin d'année et de nouvel an: Paul Biya s’en prend vivement à Maurice Kamto :: CAMEROON

Paul Biya a tancé le Professeur Maurice Kamto sans le désigner de son nom propre nom en "une personnalité dont les ambitions avaient été déçues lors de la dernière élection présidentielle" dans son traditionnel discours à la Nation ce 31 décembre 2020.

Paul Biya n’y va d’ailleurs pas du dos de la cuillère dans son discours à la nation." L’on doit regretter que quelques-uns de nos compatriotes, regroupés autour d’une personnalité dont les ambitions avaient été déçues lors de la dernière élection présidentielle, aient profité des difficultés sécuritaires et sanitaires pour tenter de susciter une insurrection, faussement appelée « marches pacifiques »" a t-il souligné.

Pour Paul Biya, "Grâce à la maturité du peuple camerounais, ces marches ont heureusement été peu suivies."

Paul Biya rappelle à ses compatriotes que " le processus démocratique au Cameroun se déroule selon les dispositions de notre Constitution et selon les règles fixées par nos lois. La période récente en a donné un bon exemple :- en mars 2018, le mandat des sénateurs est renouvelé ;- en octobre 2018, le Chef de l’Etat est élu avec une très large majorité ;- en février 2020, des élections législatives ont lieu, assurant au Gouvernement une majorité confortable à l’Assemblée Nationale ;- à la même date, les élections municipales mettent fin au système des délégués du gouvernement dans les grandes villes, désormais gérées par des maires élus ;- en décembre 2020, les élections régionales viennent de compléter les dispositions prévues dans le processus de décentralisation".

Pour rappel des marches pacifiques avaient été lancées par le Mouvement pour le renaissance du cameroun (Mrc) le 22 septembre 2020 pour exiger le départ du président de la République du pouvoir au Cameroun.

A la suite des différentes marches plus de 600 personnes ont été interpellées dans les villes de Bafoussam, Yaoundé, Douala, Dschang. Ils sont poursuivis pour les faits de tentative d’insurrection. Certains d'entre ces militants arrêtés ont été libérés. D'autres se trouvent toujours en prison.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo