Agression d’Elimbi Lobè : La mise en garde des chefs traditionnels Sawa
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Agression d’Elimbi Lobè : La mise en garde des chefs traditionnels Sawa :: CAMEROON

Les chefs traditionnels Sawa du Wouri ne sont pas restés indifférents suite à l’agression d’Abel Elimbi Lobè. Réunis en Assemblée générale extraordinaire le 15 novembre, au lendemain de ce triste évènement, ils se sont largement penchés sur son cas. Surtout que d’après l’association des chefs traditionnels Sawa du Wouri, cette agression n’est pas la première du genre sur cet homme politique.

« Icone de la citoyenneté multiculturelle au Cameroun, fervent patriote et ardent défenseur des droits légitimes et internationalement protégés des minorités et des peuples autochtones, cet homme politique a été sauvagement attaqué par trois hommes armés d’un pistolet et de poignards, à l’entrée de son domicile à Bonapriso. Cette agression de trop (après le cambriolage de ses bureaux à Makèpè, son agression physique sur un plateau de télévision par un contradicteur, son agression par un groupe d’assaillants à Mbanya) soulève d’autres questions », précise Sa Majesté Essombey Ness dans le communiqué final de cette Ag extraordinaire.

Ainsi, sur les raisons de cette agression, les chefs traditionnels Sawa soutiennent que certains compatriotes, veulent réduire au silence, par tous les moyens, ceux qui, comme Abel Elimbi Lobè, prennent des positions très argumentées, courageuses et suivies.

« Il y a lieu de craindre que les communautés dont sont natives les victimes de ces violences se lancent dans des actions revanchardes. C’est également dans ce cadre qu’il faut classer les nombreux appels à riposte immédiate des Sawa qui s’organisent et sont déjà prêts à rendre les coups que la communauté Sawa reçoit », indique le président de l’association des chefs Sawa du Wouri dans le communiqué sur l’insécurité grandissante à Douala.

Une agression qui, pour ce peuple, est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, et qui intervient après les multiples interpellations de ces chefs traditionnels des autorités sur l’impérieuse nécessité de renforcer la sécurité des hommes et des biens dans la ville de Douala. Ils attendent également les résultats des enquêtes ouvertes suite à l’agression d’Abel Elimbi Lobè dans la nuit du 14 novembre devant son domicile à Bonapriso.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo