CAMEROUN :: CHANTAL RAÏNA: MÈRE MALGRÉ ELLE: LE PRIX DE LA VIE :: CAMEROON
CAMEROUN :: CHANTAL RAÏNA: MÈRE MALGRÉ ELLE: LE PRIX DE LA VIE :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Les enfants de Monique : Julio TCHATO
  • jeudi 30 juillet 2020 23:16:00
  • 2567

CAMEROUN :: CHANTAL RAÏNA: MÈRE MALGRÉ ELLE: LE PRIX DE LA VIE :: CAMEROON

Il était environ 12 h ce lundi 6 juillet quand Chantal Raïna, une mineure dans la rue âgée de 17 ans arrivée au terme de sa grossesse, rompait la poche des eaux, couchée dans un " mapanne " (abri des enfants de la rue)

Le 11 juillet dernier, l’association « les Enfants Monique - les Fous de Cœur » célébrait sa quatrième année d’existence.

C’est en effet depuis le 11 juillet 2016 que nous avons porté officiellement sur nos épaules, la responsabilité citoyenne (et totalement bénévole) de rendre notre monde, notre continent, notre pays, un peu meilleur que sa triste version actuelle.

Et comme un symbole, ce mois nous a fourni une piqûre de rappel aussi douloureuse que sublime, sur la raison pour laquelle nous nous sommes engagés au juste à secourir les femmes enceintes en détresse : cette raison (par ailleurs toute simple), est le fait que le nombre de ses femmes est effroyablement élevé dans nos contrées.

Dernier en date : la petite Chantal, 17 ans, mineure au civil comme au pénal, qui s’est retrouvée dans la rue, sans domicile fixe et sans horizon, comme beaucoup d’autres jeunes filles à travers nos villes.

Et comme toutes ces autres, elle fut exposée à la cruauté de ce milieu hostile : violence, drogue, insécurité, misère et abus divers. C’est sur ces entrefaites qu’elle se retrouvera enceinte, tel un inévitable scénario d’auteur.

La perte des eaux surviendra ce 6 juillet 2020, où Chantal, confuse tentera de trouver assistance chez ses compagnons de misère et de rue. Mais plutôt que du soutien, elle se heurtera à un humiliant rejet qui la laissera désemparé. Plutôt que d’être auprès d’elle, ses compères l’enverront, toute seule est dans son état, voir Madame Mireille, qui s’occupe des prises en charge au centre Edimar, sis en face de la gare ferroviaire (Yaoundé).

Nous sommes contactés vers 13 heures par cette dernière, avec qui nous convenons aussitôt que malgré les caisses vides, il serait inacceptable pour nous de ne pas faire ce qui sous-entend même notre raison d’exister, à savoir protéger la vie ! Elle se chargera de transporter la jeune future mère à la clinique Kutenda, (avec qui notre association entretient une convention). Quelques heures plus tard, Chantal donne naissance à une petite fille. Un furtif rayon de soleil dans cet univers cynique et sombre. Une étincelle dans cette mer de souffrance.

Chantal devient ainsi la 77e bénéficiaire de notre programme d’aide et d’accompagnement prénatal baptisé « le plan Monique ». Sa fille est quant à elle le 66e bébé né de ce plan.

Et comme souvent dans ces moments-là une question survient : que serait-il advenu de cette grossesse si nous n’étions pas intervenus à temps ? Que représente donc le prix de la vie dans notre société censée protéger les faibles, et donc la jeune fille ? À cela s’ajoute l’interrogation subsidiaire (et tout aussi importante) : quelle sera la suite à présent ? Qu’adviendra-t-il de Chantal ? De son bébé ? Peut-on envisager de la voir retourner sans moyen et sans encadrement dans cette rue sans pitié, qui plus est avec un enfant sous le bras ? C’est une question citoyenne que devraient se poser aussi bien les pouvoirs publics que nos citoyens que vous êtes. Peut-on raisonnablement combattre les conséquences sans en venir à un moment donné à la racine du mal qui est l’absence de structure protectrice nationale ? De la réponse dépend l’équilibre même de notre société de demain.

Dans cet océan de tragédie, force est néanmoins de constater que notre association ne s’est jamais retrouvé impliquée dans le moindre scandale de manipulation, de malversations ou de flou quelconque. C’est notre transparence absolue et notre dévotion qui nous confèrent notre crédibilité. L’association « les Enfants Monique - les Fous de Cœur » a fait de ces principes une devise totale.

Ainsi, si nous sommes crédibles à vos yeux, si vous êtes sensibles à nos actions, et souhaitez nous apporter vos contributions et votre appui de quelque nature qu’il soit, veuillez nous suivre via notre site : les-fous-de-coeur.org, et n’hésitez pas à nous contacter sur notre page Facebook ou notre email contact@les-fous-de-coeur.org.

En supplément, ci-dessous les différents canaux de contribution :

Virement bancaire : BELFIUS BANK SA/NV Code IBAN BE67068932370087 Code BIC GKCCBEBB Nom :

Les Enfants Monique - Les Fous de Cœur.

Paypal: dons@les-fous-de-coeur.org

30juil.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo