CAMEROUN :: Dschang : Près de 15 villages déjà attaqués par des séparatistes :: CAMEROON
CAMEROUN :: Dschang : Près de 15 villages déjà attaqués par des séparatistes :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Mutations : Robert Nkaké
  • mercredi 15 mai 2019 00:48:00
  • 11050

CAMEROUN :: Dschang : Près de 15 villages déjà attaqués par des séparatistes :: CAMEROON

La situation critique interpelle les leaders traditionnels et religieux des localités affectées par les exactions.

La sérénité qui, jadis règne dans certaines localités de Dschang est menacée à cause des attaques perpétrées par des sécessionnistes. Ces villages payent ainsi le prix de leur proximité avec la région du Sud-Ouest. Fongo-Tongo, Fongo- Ndeng, Fondonera, dans le département de la Menoua, entre autres, sont pris pour cibles. La crise sécuritaire affecte aussi Bafou, Aloh, Santchou. Ces derniers sont plongés dans la peur. En effet, presque toute la zone de Dschang est en proie à l’instabilité. L’on a encore en mémoire des saccages, pillages et tueries dont nombreuses familles ont fait l’objet, ce dernier temps. Cette situation orchestrée par la crise anglophone préoccupe la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. Cette dernière n’est pas restée indifférente.

La section camerounaise de l’organisation de la société civile mène des activités visant à ramener la quiétude dans les localités en crise dans la région de l’Ouest. Le 06 mai dernier, au centre de promotion de la femme et de la famille à Dschang, elle a mené une vaste campagne de sensibilisation.

Il est davantage question de mettre les femmes à contribution, afin de prévenir les violences et alerter de façon permanente. En présence du premier adjoint au préfet, Marie Suzanne Betanga qu’accompagnait Sylvie Ndongmo, la promotrice d’un organisation non gouvernementale qui défend les droits de l’Homme, les deux dames ont condamné : « enlèvements, paralysie du système éducatif, intrusion des individus qui brûlent et rackettent les riverains.

Au bout du compte, selon Sylvie Ndongmo, l’on reste convaincu que «la paix est entre nos mains et qu’il faut en faire bon usage». En attendant la réduction définitive du conflit persistant, il faut préserver les communautés à travers la prise d’initiatives. Pour y arriver, il faut une meilleure prise en compte des femmes. Lesquelles doivent se servir de « veille opérationnelle » au niveau local, afin de s’impliquer

15mai
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo