Camer.be
Retrait de la CAN 2019 au Cameroun… : Faillite annoncée d'un système, faillite de Paul Biya :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Quotidien Emergence : Hervé Ndombong
  • mardi 11 décembre 2018 17:06:00
  • 8041

Retrait de la CAN 2019 au Cameroun… : Faillite annoncée d'un système, faillite de Paul Biya :: CAMEROON

C’est la position du président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) qui a rendu publique la position de son parti.

Il fallait s’y attendre. Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) a également réagi depuis que la confédération africaine de football (Caf) a décidé de retirer l’organisation de la coupe d’Afrique des Nations à son pays. Pour le parti, « les Camerounais viennent d'être frappés à nouveau au plus profond d'eux-mêmes par les errements et l'incompétence d'un homme, le Président sortant, Paul BIYA, la force de l'expérience dans l'inexpérience et l'inefficacité ».

Il se veut même plus critique car « un brin de lucidité devrait amener même les plus fervents défenseurs du régime en place dans notre pays à convenir que ce retrait de l'organisation de l'une des plus grandes fêtes du football de la planète, en dehors d'être une humiliation à la face du monde, est la faillite annoncée d'un leadership qui hypothèque désormais gravement l'avenir du Cameroun ».

Encore que « l’enlisement du pays aux plans économique, social et culturel », n’aura eu pour autre effet que « le retrait de la CAN 2019 (…) expression la plus éclatante de l’inaptitude de ce leadership à apporter des réponses appropriées aux problèmes de ses compatriotes ». camer.be. Dans le communiqué, le parti de Maurice Kamto indique que de « nombreuses manifestations antérieures en ont été des signes prémonitoires » : le délitement du système de santé et du secteur de l’éducation, de l’état calamiteux des infrastructures ou de la crise anglophone dont l’autre indicateur est « le caractère dissuasif sur le plan sécuritaire de la crise anglophone pour l’organisation de la CAN ».

Hold-up !

Maurice Kamto a très vite fait le lien avec l’élection présidentielle du 07 octobre dernier qu’il continue de revendiquer car Paul Biya aurait « remis de luimême le tablier qu'il détient illégitimement de puis le scrutin ».Conséquence, « le Président sortant, battu, s'agrippe au pouvoir, mais pour ne rien en faire, sinon amplifier la décrépitude sociale, économique, culturelle et politique du pays et ajouter à l'humiliation de la fraude électorale celle de l'incompétence constatée par l'institution suprême du football continental ».

Du coup, « il y a un responsable à cette situation, et un seul: M. Paul BIYA, monarque déchu par le suffrage, dépassé par le temps et la charge ». Il va jusqu’à dédouaner « son mystérieux "entourage" » qui ne peut partager le poids d'une telle responsabilité. Seul remède dans cette longue prise de parole, le communiqué précise que « ce n'est pas l'affaire d'un individu ou d'une ethnie; il est question de notre destin collectif: le système mis en place depuis plus d'un demisiècle et dont le pouvoir en place est le symbole paroxystique de l'épuisement doit être remplacé pour que le Cameroun avance!».

11déc.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo