Depuis Bruxelles, le CODE tient le régime de Yaoundé pour responsable de toutes les dérives au NOSO
BELGIQUE :: DIASPORA

BELGIQUE :: Depuis Bruxelles, le CODE tient le régime de Yaoundé pour responsable de toutes les dérives au NOSO :: BELGIUM

Le Cameroun tout entier s'interroge depuis le 12 novembre dernier sur le vrai motif de l'assassinat de Brandy TATAW, 8 ans,froidement tuée dans la rue, à  Bamenda, par un policier, dans le Nord-Ouest, alors qu’elle revenait de l’école

Alors que le peuple camerounais souhaite que Paul Biya leur parle, qu'il se prononce sur les exactions diverses de ses forces dit de l'ordre, il semble garder la sourde oreilles face à la dégradation criarde de la situation des droits humains au Cameroun.

Réunis en urgence à Bruxelles en Belgique, le lundi 15 novembre 2021, nous, membres fondateurs du CODE (Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora), condamnons avec vigueur et fermeté ces égarements de ces soldats à la solde du pouvoir de Yaoundé dont l'objectif inavoué est d'entretenir un climat de guerre dans les régions anglophones du Cameroun

En l’espace d’un mois, deux élèves, tous des mineurs,  ont été froidement assassinés dans les régions anglophones par des éléments des forces de défense et de sécurité du Cameroun, exactement dans les mêmes circonstances, sans que cela n’émeuve le pouvoir sanguinaire et génocidaire de Yaoundé.

Pour rappel, le jeudi 14 octobre 2021, Mlle NDIALLE Caro Louise, âgée de 4 ans, a été tuée par un gendarme dans la ville de Buéa, dans le Sud-Ouest, alors qu’elle se rendait à l’école en compagnie de sa génitrice.Le gendarme impliqué dans cette bavure avait lui aussi été lynché et tué par la population locale en furie. 

Et comme un malheur n'arrive jamais seul au pays de Paul Biya, , le 12 Novembre dernier, c’est une autre écolière, Brandy TATAW, 8 ans, qui a été froidement assassinée à Bamenda, par un policier, dans le Nord-Ouest, alors qu’elle revenait de l’école.

Le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora ( CODE) présente ses sincères condoléances à la famille de innocent TATAW Brandy et aux familles des soldats auxquels sont imposées la guerre fratricide et meurtrière dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest du Cameroun.

Rappelons nous du massacre de Ngarbuh dans le Donga-Mantung, Région du Nord-ouest le 14 février 2020 au cours duquel 23 personnes civiles, dont 15 enfants, étaient assassinées par des éléments de l’armée camerounaise 

Rappelons nous du 16 mars à Manyemen dans le Sud-Ouest où 4 écoliers avaient été tués par l'armée camerounaise alors que ces derniers retournaient à la maison et avaient croisé sur leur passage une patrouille militaire.

Rappelons nous du 24 Octobre 2020 à Kumba dans le Sud-ouest, à l'école «Mother Francisca International Bilingual School»,où des groupes armés  avait ôté la vie à huit enfants âgés de 5 à 13 ans et blessants 13 autres.      

Rappelons nous du  11 février 2021,à Batibo dans la région du Nord-Ouest où,  un nourrisson avait été complètement calciné dans l’incendie d’une maison à Batibo.

Rappelons nous du 22 juillet 2021 à Muyuka dans le Sud-ouest, où un jeune écolier avait été abattu au marché de Muyuka par les éléments de la police camerounaise qui accusait ce dernier d'être à la solde des groupes sécessionnistes.

 Ces quelques exemples parmi tant d'autres ne sont d’ailleurs que la résultante d'un recul des valeurs humaines au Cameroun. 

Dans les régions anglophones du Cameroun, depuis 2017, une partie des forces sécessionnistes a acquise des armes et équipements militaires au même titre que l'armée régulière. 

D'autres groupes armés aux ambitions floues ont également vu le jour dans cette partie du territoire camerounais. 

Le pouvoir central de Yaoundé qui a toujours pensé à l'option militaire dans la résorption de cette crise anglophone dans le contexte de cette guerre asymétrique a jusqu'ici contribué inéluctablement à l'échec de l'établissement de la paix durable et constructible dans cette partie du territoire camerounais. 

Seul un dialogue inclusif peut mettre fin à cette guerre. Ailleurs, lorsqu'une telle figure s'est présentée, les parties ou la partie belligérante la plus diligente, a provoqué des négociations ou des médiations nationales et mêmes internationales avec pour corollaire le cessez-le feu et le rétablissement de la paix. 

Face à la gravité de la situation politico-sécuritaire mettant en danger la paix et la stabilité de notre pays, Le CODE, soucieux de la préservation de la paix, de la cohésion sociale: 

Présente ses condoléances aux familles éprouvées ; 

Condamne toute tentative de récupération politique par des aventuriers sans foi ni loi qui n’ont aucun schéma alternatif crédible et légitime de sortie de crise. 

Aux autorités camerounaises 

Nous demandons d’urgence de prendre toutes les mesures nécessaires afin que les présumés assassins des civils dans le NOSO soient retrouvés avec diligence et mis aux arrêts, 

S'assurer que les présumés assassins des civils, que ce soit du côté des groupes armés séparatistes ou du côté de l'armée régulière bénéficient d’un procès équitable et punis conformément à la loi s’ils sont reconnus coupables, 

Faire mener immédiatement une enquête exhaustive, indépendante et impartiale sur les violences dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest depuis le début de la crise 

Et enfin, respecter les dispositions de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ainsi que tous les instruments connexes qui garantissent l’intégrité physique et psychologique des peuples. 

A la classe politique camerounaise, 

Nous invitons la classe politique camerounaise à s’unir aux organisations de la société civile afin de chercher des solutions durables à ces attaques qui continuent à endeuiller les familles camerounaises. 

Le dialogue national initié il y a de cela quelques mois par le pouvoir de Yaoundé n'était qu'une foire sans fondement dont les résolutions ne pouvaient contribuer qu'à cette situation de ni paix et de ni guerre que nous visons actuellement dans les régions anglophones du Cameroun . 

Au peuple Camerounais 

Au peuple camerounais dans son ensemble, l’heure est venue de ne plus se limiter à pleurer nos morts et à dénoncer les crimes dont nous sommes en permanence victimes. 
Il faut maintenant des actes concrets et efficaces. 

Aux Etats frères africains 

Aux Etats frères africains, le drame camerounais ne peut plus être regardé avec indifférence. Lorsque la case du voisin brûle, la tradition africaine impose à chacun d’agir pour éteindre le feu. 

Ces années de massacres et de souffrances au Cameroun sont un profond déshonneur pour l’ensemble de notre continent. 

Fait à Bruxelles le 15 novembre 2021

Pour le CODE (Collectif des organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora)

Ms. Ophilia Mbi 

Courriel: comitedecoordinationcode@yahoofr

Crise Anglophone: Le CODE tient le régime de Yaoundé pour responsable de toutes les dérives dans le NOSO - Le C O D E (canalblog.com)

Lire aussi dans la rubrique DIASPORA

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo