EGLISE DE REVEIL : MENACE ET VIOLENCE CONTRE LES RIVERAINS QUI REFUSENT LEUR ÉVANGILE
CAMEROUN :: RéLIGION

CAMEROUN :: EGLISE DE REVEIL : MENACE ET VIOLENCE CONTRE LES RIVERAINS QUI REFUSENT LEUR ÉVANGILE :: CAMEROON

Une trentaine de personnes et fidèles d’une église ont été conduites à la brigade de Bépanda pour avoir violemment tabassé une maman à mobilité réduite et détruit la clôture de sa maison.

Cette femme d’une soixantaine d’années est une énième victime des membres d’une famille, pour la plupart des femmes et des enfants qui ont transformé une maison en église au quartier Bépanda /Yong-Yong. C’est dans le 5ème arrondissement de la ville de Douala. Ils imposent leur doctrine aux riverains.

La dame était tranquillement chez elle lorsque l’un d’entre eux arrive et lui dit qu’il va la « délivrer » des « démons » qui l’ont rendue infirme. La sexagénaire va le refouler et quelques temps après c’est une horde de personnes armées de gourdins et de machettes qui l’assaillent et la tiennent en respect. Ses cris vont alerter les voisins qui accourent. Mais ils ne pourront pas maîtriser la situation. Ils tentent de joindre le 117 en vain et finissent par contacter la brigade de gendarmerie de Bépanda qui fait une descente musclée sur les lieux. C’est avec beaucoup de fermeté que les éléments de force de l’ordre parviennent à les maîtriser.

« Ce n’était pas facile. La nuit était tumultueuse. Ils ont créé tout un désordre cherchant à s’échapper », nous confie une source à la gendarmerie.

La femme violentée se souvient encore de ces heures de frayeur passées entre les mains de ses bourreaux.

« Lorsqu’ils sont entrés chez moi, je n’ai pas imaginé qu’ils pouvaient me taper. Ils m’ont frappée les pieds avec les gourdins. Si les gens n’arrivaient pas, ils allaient me tuer soi-disant que j’ai les démons sur moi », explique la dame battue. Cette dernière habite juste à un jet de pierre de cette maison transformée en église.

Ils imposent leur rythme au quartier surtout dans les environs de leur église et usent de violence pour obliger à adhérer à leur doctrine.

« Lorsqu’on les voit on fuit seulement parce qu’ils disent que tous ceux qui ne font pas comme eux sont des démons et ils doivent les taper pour chasser les démons. Ils nous promettent de nous faire boire la boue », argue Carole.

Carole a un lien de parenté avec cette famille qui pratique le christianisme d’un autre genre. Elle fait savoir que cela date du mois d’août et tout commence lorsque son grand frère, habitant le même quartier décède au mois de mai.

« Il s’agit de ma tante paternelle, ses enfants et ses petits-enfants. Quand mon frère décède deux mois après le décès trouble de notre papa, ils ne viennent pas au deuil. Au mois d’août, ma cousine arrive à notre grande surprise et dit qu’elle avait enterré des fétiches derrière la maison, mais comme elle a donné sa vie à jésus, Dieu l’oblige à déterrer et confesser », explique Carole.

C’est ainsi qu’en présence de la famille et plusieurs habitants du quartier, elle va déterrer et dire qu’il s’agit des ongles et cheveux que le marabout lui avait demandé d’enterrer pour se protéger. Depuis ce jour, le comportement a changé, l’église s’est formée mettant à mal l’entourage.

« Dimanche dernier, ils sont allés taper le pasteur et saccager l’église où ils vont souvent. Au retour ils ont vidé leur maison et jeté les effets dans l’eau. Les fournitures scolaires de leurs enfants qui sont au moins 15, ils ont balancé à la poubelle disant que Dieu leur a déjà donné le diplôme. Donc depuis le début de la semaine aucun enfant de cette famille n’est allé à l’école et ils ne comptent même pas y retourner », explique une autre riveraine.

Pour l’heure certains habitants continuent de vivre dans la panique car ils craignent des actes mystiques surtout que les plus petits ont été libérés et seuls les parents placés hors d’état de nuire. Ils avaient été déférés au parquet et selon notre source à la brigade, ils n’y sont pas retournés.

Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo