Paul Atanga Nji menace… Louis Paul Motaze n’est pas mort
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Paul Atanga Nji menace… Louis Paul Motaze n’est pas mort :: CAMEROON

Le phénomene était devenu recurrent, des violences sur les homes en uniforme. Le ministre de l’administration territoriale est monté au crenau, en présence du Délégué Général à la sureté nationale. Pour mettre en garde. Cependant que le ministre des finances, Louis Paul Motaze, évacué en Suisse est bel et bien vivant.

Le point culminant est attaint. Le quotidien Cameroon Tribune indique « Dernier avertissement ». Alors que le phénomène atteint la cote d’alerte ces derniers jours, le gouvernement monte au créneau. Ainsi, au cours d’un point de presse vendredi, le ministre de l’Administration territoriale, Atanga Nji Paul, a prévenu que la loi serait désormais appliquée dans toute sa rigueur. Tandis que le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique annonce dès ce lundi, une campagne spéciale de sensibilisation.

En realité, estime le Journal Repères, c’est l’Autorité de l’Etat qui est mise à rude épreuve. Se materialisant par « Le mépris, du sommet dans la rue ». Ces derniers temps, des scènes de violence sur les forces de maintien de l’ordre, médecins, enseignants, etc. sont devenues banales. Elles sont le reflet de l’attitude irrévérencieuse de certaines hautes personnalités à l’égard de ceux qui incarnent les institutions républicaines.

Le ministre de l’administration territoriale « Paul Atanga Nji condamne et met en garde les usagers sur les conséquences de tels actes » Pour le journal La Voix des Jeunes,Le ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, est monté au créneau au cours d’un point de presse vendredi 10 septembre 2021 à Yaoundé, en compagnie du Délégué général à la Sureté nationale, Martin Mbarga Nguelé. Le patron du commandement territorial s’est, d’entrée de jeu, offusqué de ces comportements « irresponsables », avant de préciser « qu’un usager, quel que soit son rang social, n’a pas le droit d’exercer des violences contre un agent de police dans l’exercice de ses fonctions. La loi de la jungle n’a pas de place au Cameroun ». Dans le prolongement de son argumentaire, Atanga Nji indique qu’en cas de brouille entre un usager et un fonctionnaire de police, l’usager devrait s’adresser à la hiérarchie de la police, pour se plaindre et non se rendre justice. La Voix des Jeunes

Avec un zeste d’humour, Realités Plus écrit « Paul Atanga Nji ‘’ celui qui va encore violenter un policier sera récupéré là où se trouve par un serpent affamé ‘’ ». Message phare délivré par le ministre de l’Administration territoire devant la presse le 10 septembre 2021. Quiconque va tenter de brutaliser un Policier ou un homme en tenue en service sera sévèrement puni et cours une peine d’emprisonnement de 5 à 10 ans. Le Minat a donné des instructions fermes aux 10 gouverneurs pour frapper fort. C’était en présence de Martin Mbarga Nguelé Délégué Général à la Sûreté Nationale.

Un autre ministre, Louis Paul Motaze est dans l’actualité depuissonévacuation sanitaire en Suisse. Il a été anoncé pour mort. La voix du Centre y est revenue pour denoncer « La vraie-fausse mort de Louis Paul Motaze ». Évacué d’urgence en Suisse sous assistance sanitaire et déclaré décédé samedi 11 septembre dernier selon les réseaux sociaux, le ministre des finances est bel et bien vivant mais encore sous assistance respiratoire selon la source hospitalière helvétique. Contrairement donc à une folle rumeur qui circule depuis samedi dernier sur la toile annonçant la mort prématurée du ministre des finances. Rendu au quartier bastos à Yaoundé au domicile du Minfi dans l’après-midi du même samedi 11 septembre 2021 pour toutes vérifications, il en ressort que le ministre est bel et bien vivant mais, sa situation reste toujours préoccupante. Tout semble être donc stable contrairement à la folle rumeur qui le voulait pour mort.

Pour le Journal Info Matin « Motaze n’est pas Essimi Menye ». Annoncé, sur les réseaux sociaux tantôt pour mort, tantôt en fuite, le ministre des Finances, en soins intensifs et appropriés, ne saurait être confondu à l’ex-argentier national. Ce dernier avait, effectivement, feint une maladie pour se soustraire à la Justice dont il était dans le collimateur, après sa sortie du gouvernement, le 02 octobre 2015.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo