Cameroun-FMI : Au total 555 milliards pour juguler la pandémie à corona virus.
CAMEROUN :: MéDIA

Cameroun-FMI : Au total 555 milliards pour juguler la pandémie à corona virus. :: CAMEROON

Pour lutter contre la pandémie du corona virus et les besoins de relance économique, le Fond Monétaire international a été sollicité par le Cameroun. L’institution de Bretton woods a accordé deux lignes de crédit au Cameroun. Un prêt spécial pour la lutte contre la pandémie à hauteur de 180 milliards CFA. Un autre prêt de 375 milliards a été accordé pour financer la relance économique du pays. Au total 555 milliards pour juguler la crise. Le sujet a retenu l’attention des rédactions.

Le Financier d’Afrique plante le decor « Le FMI octroie 375 milliards Fcfa au Cameroun ». Ce financement vise à atténuer les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la pandémie de Covid-19, accélérer les réformes budgétaires structurelles, renforcer la gestion de la dette et réduire les facteurs de vulnérabilité de la dette, mettre en œuvre des réformes structurelles pour accélérer la diversification économique.  

 Le journal spécialisé dans les sujets économiques Ecomatin en donne les contours « Les contours du nouveau programme
Cameroun-FMI ». Jusqu’en 2024, la politique économique et financière  du gouvernement est soutenue par deux instruments du FMI la Facilité  élargie de crédit et le Mécanisme élargi de crédit, avec à la clé un  financement direct de 375 milliards Fcfa dont un premier décaissement de 96 milliards est déjà effectif. D’importants concours d’autres partenaires techniques et financiers, non encore chiffrés, sont en vue.

Ce nouveau  programme est basé sur cinq principaux piliers à savoir : atténuer les  conséquences de la pandémie, tout en garantissant la durabilité  macroéconomique, accélérer les réformes pour moderniser  l’administration fiscale et douanière, mobiliser les recettes, accroître  l’efficacité des investissements et réduire les risques fiscaux des entreprises publiques, renforcer la viabilité et la gestion de la dette, et intensifier les réformes structurelles pour stimuler la diversification économique et la  résilience du secteur financier.

L’Anecdote magnifie pour denoncer. Eurobonds, Programme économique et financier, résilience,crédibilité ... « Ces succès qui fâchent ». Après le succès de la campagne des  eurobonds sur la place parisienne, Louis Paul Motaze le ministre des
Finances, dans le cadre de la facilité élargie de crédit, vient de conclure  avec le Fonds monétaire international un nouvel accord de prêt en vue de la relance économique Post Covid-19 et la mise en œuvre de la stratégie national de développement. Des prouesses économiques regardées d’un mauvais œil par certains ennemis de la République mais qui confirment de
la crédibilité retrouvée du pays auprès des partenaires financiers.

Le Journal Le Jour quant à lui s’interresse au scandale de la Covigate et revele que « Le FMI exige une enquête et des sanctions». De fait, et pour 237 online, l’institution de Bretton woods a exprimé ses préoccupations à propos les dérives de gouvernance, de corruption et d’absence de transparence dans le cadre de la gestion des fonds Covid. A cet effet, le FMI recommande explicitement que le rapport d’audit de la Chambre des Comptes de la Cour Suprême soit mis dans le domaine public afin de promouvoir la transparence.

Ces préoccupations sont exprimées sans ambages et reprises sur le site internet de l’institution. On peut y lire notamment « Les services du FMI examinent avec les autorités les modalités d’un nouvel outil de développement des capacités visant à renforcer les capacités institutionnelles des instances supérieures de contrôle telles que la Chambre des comptes du Cameroun. La mise d’informations comme le rapport d’audit de la Chambre des comptes dans le domaine public devrait faciliter le suivi par les institutions compétentes au Cameroun ».

Dans le meme ordre, La Nouvelle note que le ministre des finances « Louis Paul Motaze de nouveau attendu au Tcs ». Ceci, après son audition de 48h par les éléments du Commissaire divisionnaire Joël Oko Petis. Pour le quotidien Mutations, L’enquête diligentée par le président de la République répond à une exigence du Fonds monétaire international (Fmi) qui veut voir clair dans la gestion des financements alloués à la lutte contre la pandémie. C’est dans cette perspective de transparence que la Chambre des comptes de la Cour suprême a livré son premier rapport d’étape en mai dernier. Les irrégularités relevées par la juridiction ont créé un emballement de l’opinion.

Lire aussi dans la rubrique MéDIA

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo