CRISE ANGLOPHONE : CINQ MILITAIRES TUES. SIX DELEGUES DEPARTEMENTAUX enlevés. Le Redhac Condamne.
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: CRISE ANGLOPHONE : CINQ MILITAIRES TUES. SIX DELEGUES DEPARTEMENTAUX enlevés. Le Redhac Condamne. :: CAMEROON

Bamenda - Douala, le 24 juin 2021 : Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) a appris avec stupeur l’assassinat de cinq militaires dans la localité de Bamali et condamne avec fermeté des actes odieux perpétrés par des présumés séparatistes et les rebelles.

Les Etats-Unis par une communication du Secrétaire d’État Américain M. Anthony Blinken, ont pris des mesures de restriction de visas à l’encontre de « toutes les parties prenantes, instigateurs de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun ». Malgré cette restriction, les rebelles et les soldats continuent des massacres dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest.

Les faits : Le 19 juin 2021, selon les sources concordantes, les rebelles dans une embuscade ont attaqué le poste de contrôle de l’armée à Bamali région du Nord-Ouest, et quatre gendarmes ont été tués. Il a souligné que les soldats camerounais ont été trompés par l'accoutrement des rebelles séparatistes qui eux étaient habillés comme les leurs. Le 18 juin 2021, deux soldats et un délégué départemental le nommé Mabia Johnson Mudika du ministère de l'Economie ont été tués dans la région du Sud-Ouest par des séparatistes.

En rappel, Le 15 juin 2021, six délégués départementaux à l’urbanisme, de l’eau et de l’énergie, de l'économie et planification, des petites et moyennes entreprises et aux affaires foncières ont été enlevés à Ekondo Titi, dans la région du Sud-Ouest par deux groupes séparatistes.Delon les sources, les six délégués départementaux ont été séparés en deux groupes qui réclament une rançon de 22 millions de fcfa, pour l'un et 28 millions de fcfa pour l'autre.

De tout ce qui précède, Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale(REDHAC) : -Très attristé, condamne avec fermeté ces crimes crapuleux perpétrés par des hommes armés et adresse ses sincères condoléances à toutes les familles si

durement éprouvées ; -Dénonce les enlèvements et les assassinats, les séances de tortures physiques et morales ainsi que les traitements inhumains et dégradants infligés aux militaires; -S’insurge contre les assassinats des militaires, civils, délégués départementaux, des enseignants et autre défenseurs des droits humains;-Recommande de tout mettre en œuvre afin de retrouver les 4 autres délégués départementaux

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) rappelle : -qu’aucune révendication, aussi légitime soit-elle ne peut justifier les horreurs, exactions et les violations des Droits Humains commises dans les régions en conflit.

En conséquence, le REDHAC demande à toutes les parties en conflit : Le respect scrupuleux de la Déclaration Universelle des droits de l'homme qui en ses articles 3 et 5 stipule : article 3 « tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne », article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

A toutes les parties prenantes, le REDHAC: -Demande que cessent les tueries massives, les arrestations et détentions arbitraires, les enlèvements des Défenseurs des Droits Humains, des journalistes, les exactions et les crimes graves ainsi que les violations massives des Droits Humains.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo